Des articles

Façade de l'église Surb Astvatsatsin à Noravank

Façade de l'église Surb Astvatsatsin à Noravank



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Monastère de Noravank : perle de l'Arménie médiévale

Noravank (Arménien : ??, qui signifie « nouveau monastère ») est un monastère arménien médiéval qui a été construit au 13ème siècle. C'est près de la ville de Yeghegnadzor, située sur une falaise dans une vallée étroite à travers laquelle coule la rivière Amaghu. En 2002, le monastère de Noravank a été inscrit sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO.

J'ai visité Noravank en janvier, il faisait donc très froid et neigeux (la température était de -19 °C). Les gens disent que Noravank devrait être visité pendant l'été car c'est à ce moment-là que la neige fond et qu'il offre les vues les plus pittoresques. Cependant, l'ambiance hivernale enneigée avait également donné un look serein et unique à Noravank. Le paysage historique était tout simplement remarquable, il ressemblait à un décor de cinéma, entouré de hautes montagnes enneigées.

Le complexe du monastère de Noravank se compose de 3 églises : l'église Surp Karapet, la chapelle Surp Grigor et l'église Surp Astvatsatsin. Une note latérale – surb signifie “saint” en langue arménienne.


Église de Saint-Astvatsatsin

Il s'agit du portail central et de la façade ouest de l'église Saint-Astvatsatsin à Noravank, en Arménie. L'église fait partie d'un complexe religieux plus vaste, un monastère. Toute la structure était faite de briques de pierre de couleur crème ou beige clair. Cette façade comporte deux portails, l'un donnant sur la partie principale du bâtiment et l'autre sur l'oratoire. Les caractéristiques les plus accrocheuses ici sont les séries d'escaliers qui commencent sur les bords extérieurs de la façade et se rejoignent directement au milieu à la porte de l'oratoire, directement au-dessus du portail principal. Cette conception est non seulement pratique, mais elle conduit également le regard au centre où se trouvent les deux portes ainsi que la sculpture.

La sculpture la plus haute est une croix, qui est une forme que nous voyons répétée dans toutes les églises de la chrétienté, mais plus précisément, cette conception de cette croix coule thématiquement dans tout le bâtiment. L'artiste Momik a sculpté d'autres croix pour la crypte sous l'église qui ont essentiellement le même design. Au-dessous de la croix se trouve le tympan au-dessus de la porte de l'oratoire. En bas relief, la figure centrale est le buste d'un homme avec un halo cruciforme entourant sa tête. Il est proportionnellement plus grand que les deux personnages qui le flanquent, ce qui suggère qu'il est le personnage le plus important des trois. Les deux personnages flanquants sont en pleine vue de la tête aux pieds, le buste est aussi long que l'ensemble de leur corps. Ils ont également des halos, bien que plus petits pour correspondre à la proportion de leur tête, et tendent chacun un parchemin vers le centre. La figure centrale est identifiée par l'inscription de chaque côté de sa tête comme « Isus Kristos » ou Jésus-Christ.

Autour du tympan et du portail de l'oratoire, la façade est décorée d'un motif au trait complexe, visuellement similaire à la ferronnerie anglo-saxonne du VIIe siècle. Contrairement à ce style artistique particulier, les animaux ne sont pas cachés dans les lignes fluides, mais se distinguent plutôt par un relief plus élevé que le motif qui les entoure. Deux oiseaux, un de chaque côté du tympan de la porte de l'oratoire, sont un choix de conception répété sur cette façade.

Le tympan du portail central a une conception très similaire. La figure principale est une femme intronisée, tenant un petit enfant sur ses genoux. La tête de la femme est légèrement penchée alors qu'elle semble regarder son enfant. Les deux personnages ont également des halos autour de la tête. Cette figure centrale est également marquée de chaque côté de sa tête avec une inscription, qui se lit "Mair Astvatsatsin" ("Mère de Dieu"). Elle et son enfant sont flanqués de deux anges qui ont des robes fluides, un peu comme elle, et une paire d'ailes de la longueur du corps chacun. Les détails de leurs ailes sont simples mais efficaces, tout comme les lignes qui dénotent le drapé de leurs vêtements. . Comme dans le tympan au-dessus de la porte de l'oratoire, ils sont proportionnellement plus petits que la figure centrale, indiquant qu'ils sont moins importants. Ils font des gestes avec leurs mains tendues vers le milieu, mais il est difficile de dire avec les dommages causés par les intempéries s'ils ont déjà brandi quelque chose en offrande.

Il y a des archivoltes sur ce tympan central, ce qui le fait paraître un peu plus grand et plus important. Le design est simple, mais il offre une belle transition du tympan sculpté au mur à motifs. Les archivoltes semblent entièrement constituées de formes festonnées, presque feuillues. Il y a aussi une sculpture géométrique en bas-relief qui orne les murs autour de ce portail principal. Perché de chaque côté du tympan/archivoltes se trouve un autre ensemble de créatures ailées, bien que cette fois ce ne soient pas des oiseaux. Ces créatures, à corps d'oiseaux et à têtes humaines, imitent les figures au-dessus du tympan de l'oratoire. Cependant, contrairement à la conception ci-dessus, ils sont rejoints par une autre paire d'oiseaux un peu en dessous d'eux, sculptés un peu plus superficiellement. Cela donne une belle impression de profondeur lorsque l'on regarde le portail dans son ensemble.


Contenu

La première église du monastère, Surb Astvatsatsin, a été construite dans les années 30 et 40 du 10ème siècle (sous le règne du roi Abbas I Bagratuni). En 966, le roi Ashot III le Miséricordieux et la reine Khosrovanuysh construisirent l'église du Saint-Sauveur, leurs fils Kyurike (Gurgen) pour l'œuvre de Smbat [4], fondèrent une congrégation, un lycée, invitèrent des membres du clergé, des érudits et des écrivains. L'abbé fondateur était Polycarpe, auquel succéda le savant Hovhannes.

En 979, par décret du roi Smbat II, le complexe monastique de Sanahin devint le siège de l'évêque nouvellement formé du royaume Kyurikian (jusqu'au milieu du XIe siècle), Isaiah fut ordonné diocèse de Tashir. Dioscoros Sanahnetsi (1039-1063), proclamé « grand orateur », était l'un des patriarches. Pendant son temps, la bibliothèque et la chapelle Saint-Grégoire sont construites, l'école de garde devient un grand centre éducatif, la bibliothèque s'enrichit, de nombreux manuscrits sont écrits et fleurissent. Il a été étudié, enseigné et créé par les moines savants Anania Sanahnetsi et Hakobos Karapnetsi. En plus de la théologie, l'école enseignait la philosophie, la rhétorique, la musique, la médecine, les calendriers et d'autres sciences. Selon la légende, il a enseigné à l'école - Grigor Magistros Pahlavuni, et la salle construite entre lui et Surb Astvatsatsin et entre les églises de Surb Amenaprkich s'appelait "Magistros Seminary".

Pendant les invasions seldjoukides et leur règne, qui débutèrent dans la seconde moitié du XIe siècle, ainsi qu'après la chute du royaume Kyurik (1113), le monastère de Sanahin connut une mauvaise période. À la fin du XIIe siècle, devenant une partie des princes Zakarid (Zakaryan) dans le cadre de la province de Tashirk, le monastère a retrouvé son rôle dans le soin et la vie scientifique et culturelle du pays. Des travaux de construction à grande échelle ont été réalisés à cette époque. Des années 80 du XIIe siècle aux années 30 du XIIIe siècle furent construits les vestibules des églises Saint-Sauveur et Surb Astvatsatsin, le clocher, la librairie, la maison d'hôtes (non conservée), le tombeau de la famille Zakarid, le grand art de Grigor Tuteord et Sargis ont été érigés des khachkars, l'église du Saint-Sauveur a été rénovée. A la fin du XIIe siècle, le célèbre pont Sanahin a été construit sur la rivière Debed, par laquelle passe la route menant au monastère, et une source dans le village.

Aux XIIe-XIIIe siècles, les pères Grigor Tuteord (qui signifie san de Tute), Hovhannes Khachents (enseignant des princes Zakare et Ivane Zakaryan), Vardan étaient célèbres au monastère de Sanahin. L'abbé Grigor Rabunapet (Grigor fils d'Abbas, il était abbé du monastère de Sanahin à partir de 1214) avait une grande réputation, dont le livre "En raison des écrits larges et délicats sur la question des saints" servait également de manuel. Rabbi Grigor a fait don de 13 manuscrits au monastère, a écrit d'autres ouvrages. L'activité normale du monastère fut à nouveau interrompue lors des invasions mongoles à partir des années 1230 et pendant leur règne. Au début du 14ème siècle il s'affaiblit ին à la fin du siècle la maison régnante des Zakaryans fut déchirée, et le village de Sanahin avec ses environs et son monastère devint la propriété de l'Arghutyan-Yerkaynabazuk (Arghutyan "les Longs Bras " jusqu'au début du 20e siècle).

Aux XIVe-XVe siècles, l'art d'écrire connaît un nouvel essor au monastère de Sanahin (35 des manuscrits qui y sont écrits sont conservés au Matenadaran). Le plus mémorable est le « Kotuk » de Sanahin (manuscrit n° 3032), qui contient la chronologie du monastère, de précieuses informations sur l'histoire de la congrégation.

Au milieu du XVIIe siècle, sous la direction de l'archevêque Sargis Arghutyan, les principales structures du monastère, qui ont été endommagées par les tremblements de terre, ont été considérablement rénovées. En 1831, l'archevêque Harutyun Ter-Barseghyants, le chef tribal du monastère, a construit une source unique près du mur nord (son inscription en vers a été conservée sur le devant), décodé les inscriptions et réparé les structures. Au début du 20ème siècle l'activité du monastère s'est arrêtée.

Pendant le régime soviétique, le monastère de Sanahin, en tant que monument historique et culturel, était sous la protection de l'État, et les structures ont été renforcées et restaurées. En 1998, par décision du gouvernement de la République d'Arménie, il a été remis à l'administration de la Mère-Siège de Saint-Etchmiadzine.

Le complexe architectural du monastère de Sanahin s'est formé pendant environ trois siècles. Chaque nouveau bâtiment a été construit en tenant compte du rôle opérationnel des précédents, de l'espace et des caractéristiques stylistiques. Le complexe comprend les églises St. Astvatsatsin et Surb Amenaprkich avec leurs vestibules, le séminaire, la chapelle St. Grigor, la librairie, le clocher, l'église St. Hakob, la chapelle St. Harutyun, les tombeaux familiaux des Kyurikyans, Zakaryans (Zakarid), Arghutyan -Yerkaynabazuk.

Le principal matériau de construction des structures est le basalte poli gris clair local, qui a été utilisé pour la toiture. Les formes architecturales et la décoration sont généralement simples, monumentales, avec un accent discret sur les corniches, les portes et les cadres de fenêtres sur des surfaces murales planes. L'expression artistique des espaces intérieurs a été créée par la combinaison des toits, des quartiers, des arcs voûtés, des coupoles, avec la structure simple, logique et symétrique des piliers qui les portent.

St. Astvatsatsin (l'église de la Sainte Mère de Dieu) Modifier

Église Le plus ancien des bâtiments existants est l'église de la Sainte Mère de Dieu, qui a été construite sous le règne du roi Abbas I Bagratuni dans les années 30 et 40 du 10ème siècle. L'église, autour de laquelle le complexe est formé, est l'un des premiers exemples du sous-type de dôme cruciforme typique de l'architecture classique médiévale arménienne. Le tambour du dôme était à l'origine à multiples facettes, qui lors de la rénovation de l'église en 1652 a été transformé en un cylindre et a été couronné d'un simple arc conique. Quelques traces d'anciennes fresques ont été conservées à l'intérieur. A l'intérieur de l'église, aux quatre coins, il y a quatre vestibules, et le haut tabernacle du côté est est élevé.

Église du Saint-Sauveur (Katoghike) Modifier

L'église Saint-Amenaprkich (Saint-Sauveur, également appelée Katoghike) est le bâtiment principal et le plus grand du complexe, construit du côté sud de l'église Saint-Astvatsatsin, à 4 m. Il a été construit par la reine Khosrovanush, jetant ainsi les bases du monastère de Sanahin. L'église occupe une position dominante avec son volume puissant, elle est devenue le centre de gravité de la composition générale de l'ensemble. Le type de la structure est à nouveau le dôme croisé, mais contrairement au précédent, il a des absides à deux étages. L'église avait deux entrées du côté nord-ouest, dont la première a été fermée par la suite en raison de la construction de la salle inter-églises. La façade est du bâtiment, les parties adjacentes des façades sud et nord, sont formées par un arc décoratif reposant sur d'élégantes colonnes. Il y a des raisons de croire que cela a continué, le tambour du dôme original de l'église et le Haut Tabernacle, qui ont été détruits par le tremblement de terre et ont été restaurés avec des outils plus simples, ont été décorés de cette manière.

Au sommet de la façade est de l'église, juste en dessous de la corniche couronnant le jacon, se trouve une sculpture dans un cadre rectangulaire avec des images de Kyurike et Smbat (les noms sont gravés sur le haut du cadre). Des années après la création de la sculpture, le premier d'entre eux fonda et dirigea le royaume Kyurikian, et le second régna sur Ani et fut déclaré "Cosmique". La sculpture les représente debout face à face, tenant dans leurs mains une maquette d'église. Avec son contenu, son idée inventive et son style, cette œuvre est devenue un phénomène important dans l'art monumental arménien médiéval, elle a été un précédent pour d'autres sculptures similaires (Haghpat, Ani, etc.).

Les murs de l'église Saint-Sauveur étaient également recouverts de fresques (des traces insignifiantes ont été conservées). Selon les données lithographiques, l'église a été entièrement rénovée pour la première fois en 1181 avec les efforts du chef du monastère Hovhannes Vardapet et le soutien de Grigor Tuteord, un amira kurde. Le mur sud endommagé par le tremblement de terre a été complètement reconstruit, le dôme a été complètement reconstruit, à la suite de quoi il est devenu plus bas, fortifié et les autres parties à moitié ruinées ou délabrées de la structure ont été remplies. La deuxième grande rénovation a été effectuée en 1652, lors de la rénovation générale du monastère, sous la direction de l'archevêque Sargis Arghutian sous la direction de Justa Sargis. Des réparations mineures ont été effectuées plus tard, en 1815 aux frais du capitaine Salomon Arghutian et du prince Zakare, et en 1881 sous la direction et les efforts d'Arghutian Hovsep Parsadanyan.

Les églises Surb Astvatsatsin et Surb Amenaprkich (Katoghike) avaient un vestibule commun dans les années 80 du 10ème siècle, qui est mentionné dans la proclamation du roi Kyurike I à "Kotuk" de Sanahin, par laquelle il a présenté deux magnifiques lustres au monastère. Cette structure a probablement été démolie lors de travaux de grande envergure en 1181, lors de la construction du nouveau vestibule de l'église du Saint-Sauveur. Ce dernier est une salle centrale spacieuse à quatre colonnes de plan carré, construite à côté du mur ouest de l'église, avec le même axe et la même largeur. La porte extérieure est installée au centre du mur nord. Les colonnes épaisses du vestibule sont reliées par des arcs aux colonnes correspondantes des murs opposés, divisant l'espace intérieur en grandes sections centrales et marginales huit petites sections carrées. La place centrale est couronnée d'une coupole basse, les angles ont un plafond plat et les parties médianes centrales sont couvertes de quartiers cylindriques. Cette structure plastique spatiale complexe est donnée une expression artistique particulière par les ornements tissés des colonnes, les chapeaux, les sculptures symboliques des têtes d'animaux. L'inscription gravée sur l'une des fresques mentionne le nom de l'architecte Zhamhayr.

Le vestibule de l'église St. Astvatsatsin Modifier

Le vestibule de l'église Saint-Astvatsatsin a été construit en 1211 sur ordre du prince Vache Vachutyan, comme en témoigne l'inscription conservée sur le mur sud à l'intérieur du vestibule. Le bâtiment est situé à côté des murs ouest du vestibule de l'église et Saint Amenarkich qui occupe la zone d'angle formée entre eux. La symétrie par rapport aux axes des structures adjacentes est préservée et la taille dans la direction est-ouest, grâce à laquelle cette combinaison est perçue comme une structure complète.

Le plan du vestibule est un rectangle légèrement allongé dans le sens nord-sud, qui est divisé en trois vaisseaux égaux par deux colonnes arquées dans le sens transversal. Chacune d'elles est couverte d'un toit cylindrique avec un toit à deux versants, qui forme une série de hautes crêtes avec des pointes acérées sur la façade ouest. La seule façade entièrement visible du vestibule est formée par trois paires de larges ouvertures cintrées, qui servaient d'entrée à l'intérieur. Le vestibule avait un couloir pour les églises, l'autre vestibule pour le séminaire. L'intérieur architectural est simple, sobre. Les colonnes basses et massives, étant uniformes, sont différentes dans la décoration des ancres. Typologiquement, ce vestibule est un exemple unique dans l'architecture arménienne.

Lycée Modifier

L'époque exacte de la construction du Lycée est inconnue, mais selon l'analyse de la construction-stratigraphie, elle remonte à la première moitié du XIe siècle. Le plan d'étage du bâtiment a été créé automatiquement en raison de la zone de couloir étroite entre les églises Astvatsatsin et Amenarkich, que l'architecte a utilisé ingénieusement et judicieusement. On dit traditionnellement que c'était la salle du lycée, où Grigor Magistros lisait ses conférences aux étudiants assis sur les bancs de pierre alignés des deux côtés.

Librairie Modifier

La librairie et la chapelle Saint-Grégoire ont été construites en 1063 à l'initiative du père Dioscoros Sanahnetsi sous la direction de la fille de David Anhoghin, la reine Hranush. Les bâtiments sont situés dans la partie nord-est du complexe, à une distance d'environ 3 m les uns des autres. Dans la zone intermédiaire, devant l'entrée de la librairie, un hall d'accueil a été aménagé dans le premier quart du VIIIe siècle.

La librairie est la plus ancienne librairie arménienne, la plus grande par son agencement. C'est une salle à plan carré dont les piliers sont placés au centre des quatre murs, un à un, sont reliés entre eux par des arcs coudés à un angle de 45° par rapport aux murs. Ils forment un nouveau carré plus petit encastré dans le périmètre de la salle, sur lequel, à la base, repose un dôme circulaire à l'aide de voiles, et au sommet, un dôme octogonal voûté. Les parties d'angle de la salle sont couvertes dans un cas d'une trompette, dans l'autre cas de quartiers semi-cylindriques se croisant. Les colonnes massives de faible masse ont un design ornemental riche et différent. Le plan des murs est aminci par de profondes niches couronnées d'arcs en plein cintre ou en flèche, qui servaient de voûtes pour des livres ou des reliques. La librairie a été déclarée riche collection de manuscrits ․ Ici, avec les manuscrits, les objets précieux du temple ont été conservés. C'est pourquoi le bâtiment de la bibliothèque s'appelait Nshkharatun.

Chapelle Saint-Grégoire Modifier

La chapelle Saint-Grégoire est située à la frontière ouest du complexe, à 12 mètres à l'est de l'église Saint-Astvatsatsin. Il a été construit en 1061 par la reine Hranush, fille de David Anhoghin. La chapelle Saint-Grégoire est une petite structure avec une ancre à trois niveaux, circulaire à l'extérieur, cruciforme à l'intérieur et un dôme central à quatre autels. Le plan cylindrique de la façade et du cadre d'entrée est constitué d'élégantes colonnes décoratives en maçonnerie, et les sections les plus lourdes du mur entre les tabernacles sont bordées de niches verticales triangulaires dans le plan. En 1652, la coupole détruite par le tremblement de terre est entièrement reconstruite, les parties supérieures des murs déformant l'aspect originel de la chapelle et sa symétrie.

Beffroi Modifier

Le clocher du monastère (1er quart du XIIIe siècle) est l'un des premiers exemples de ce type. Il s'agit d'un édifice de trois étages de plan carré, qui est couronné d'un clocher s'appuyant sur six colonnes. Le premier étage est un simple hall voûté avec une entrée séparée du nord. L'entrée asymétrique de la façade ouest mène aux deuxième ou troisième étages avec des marches en pierre. Le deuxième étage se compose de trois petites absides contiguës, dont l'une présente un protocole de construction insignifiant conservé sur la façade d'entrée, selon laquelle le clocher a été construit par Vag, fils d'Abas. Le troisième étage est une salle complète, couverte de la construction d'arcs croisés soutenus par quatre paires de colonnes, portant le clocher. Dans l'axe de la façade ouest, une grande croix sculptée en granit rouge est encastrée dans une large charpente.

Église St. Hakob et Chapelle St. Harutyun Modifier

Au sud-est du monument principal, à une distance d'environ 70 à 100 m, [9] il y a deux petites structures à moitié en ruine : l'église St. Hakob et la chapelle St. Harutyun. L'église est une salle en forme de dôme construite dans la seconde moitié du Xe siècle, avec un extérieur rectangulaire et un intérieur cruciforme. Détruite en 1753, une partie des pierres a été utilisée en 1815 pour rénover l'église du Saint-Sauveur. La chapelle (seconde moitié du XIIIe siècle) est une simple salle voûtée rectangulaire avec deux tabernacles orientaux égaux et une entrée occidentale richement conçue.

Le Tombeau des Zakaryans (Zakarid) Modifier

Le tombeau des Zakaryans est plus unique et intéressant en termes de composition architecturale. Il se compose de parties adjacentes est et ouest. La première (construite à la fin du Xe ou au début du XIe siècle) est une salle voûtée en plein cintre avec trois petites chapelles surélevées sur le toit, dont celle du centre a une forme rectangulaire et celle du bord a un plan circulaire. La partie ouest est une salle voûtée avec une entrée sculptée et une double toiture. Ils ont été construits en 1189 par les frères Ivane et Zakare sur les tombes de Vahram (père) et Sargis (père). Une inscription khachkar est érigée en sa mémoire.

Khatchkars Modifier

Environ 50 khachkars ont été conservés à proximité du monastère. Le plus célèbre pour sa valeur historique et son élaboration artistique est le khachkar de Grigor Tuteordi (œuvre de Mkhitar Kazmich), érigé en 1184 sous le mur nord de l'église St. Harutioun, le khachkar érigé en 1215 sur la tombe de Sargis, l'un des victimes de la guerre contre les Emirats à côté du mur.

Environ 190 lithographies des Xe-XIXe siècles ont été conservées (sur des structures, des khachkars et des pierres tombales). 19 d'entre eux sont de nature construction (jusqu'en 1225), les autres contiennent des proclamations royales, gouvernementales, des prières, des mémoires, des informations sur les dons au monastère.

Légende Éditer

Les bâtisseurs du monastère étaient père et fils. Le père a posé les murs et le fils taille les pierres. Avant d'avoir terminé le monastère, son fils est mort. Sans abattre l'escalier, le père s'en va. Au bout d'un moment, il rencontra un homme de Shnogh et lui révéla le secret de la démolition des escaliers du monastère. Shnoghetsi vient à Sanahin, démolit les escaliers du monastère avec le cheval, comme le dit le maître, et obtient beaucoup d'argent pour cela.


Fichier : Noravank, Surp Astvatsatsin, tympan inférieur.jpg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant20:53, 6 juillet 20093 070 × 2 047 (3,04 Mo) Sardur (discuter | contributions) <> |Source=http://www.flickr.com/photos/rietje/2913882929/in/set-72157607688374204/ |Auteur=Rita Willaert |Date=2008-09

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Monastère de Noravank // Un site incontournable dans le sud de l'Arménie

Le monastère de Noravank a été fondé en 1205 par l'évêque Hovhannes, et c'était la dernière œuvre du maître sculpteur et architecte Momik (il est enterré ici). Sur place, il y a trois églises, l'église St. Karapet, l'église Surb Astvatsatsin et l'église St. Stepanos.

Tout au long de l'histoire, le monastère a survécu aux attaques des Mongols et de la dynastie timuride, ainsi qu'à un tremblement de terre majeur en 1340. En 2002, il a été ajouté au patrimoine mondial de l'UNESCO.

VISITE DU MONASTÈRE DE NORAVANK

Le monastère de Noravank est situé dans la province de Vayots Dzor dans une gorge profonde créée par la rivière Amaghu. Depuis la route principale, il faut environ 10 à 15 minutes en voiture jusqu'au monastère à travers le canyon.

Lorsque vous apercevez enfin le monastère, il a l'air magique assis haut perché sur la colline, entouré de certains des plus beaux paysages que nous ayons vus en Arménie. C'était vraiment spectaculaire et je recommande de visiter uniquement pour découvrir l'emplacement. Les photos ne lui rendent pas justice.

L'église Surb Astavatsatin est la plus frappante des trois églises du complexe du monastère de Noravank. Il a été construit pour le prince Burtel Orbelian, qui gouverna à Syunik au début du milieu du 14 e siècle. On peut entrer à l'intérieur de l'église, mais pour y accéder, il faut monter un escalier extrêmement étroit sans rampe.

J'ai eu plus de plaisir à me tenir devant et à regarder les gens descendre les escaliers en crabe.

Comme pour la plupart de nos journées de conduite à travers l'Arménie, nous avons fortement sous-estimé le temps qu'il faudrait pour se rendre au monastère de Noravank et nous avons fini par devoir précipiter notre visite un peu afin de rendre notre voiture de location à temps. C'est dommage car j'aurais aimé rester plus longtemps et vraiment s'imprégner de la beauté du lieu.

INFORMATIONS POUR LES VISITEURS DU MONASTÈRE DE NORAVANK

HEURE DE VISITE RECOMMANDÉE 45 min-1,5 heures
SALLE DE REPOS Oui /100AMD (0,20 cents USD)
SUR SITE Sur place, il y a aussi un musée (500AMD / 1$USD), une boutique de cadeaux et un restaurant juste à côté.

EREVAN AU MONASTÈRE DE NORAVANK Noravank est à 73 miles (117 km) au sud d'Erevan, et Google Maps estime le temps de conduite à 2 heures. Je vous donnerais plus de 3 heures au cas où, en raison des radars stricts et des paysages incroyables en cours de route (nous nous sommes arrêtés beaucoup).

Si vous ne souhaitez pas louer de voiture, vous pouvez faire une visite peu coûteuse d'Erevan, qui comprend le monastère de Khor Virap, la grotte des oiseaux et la cave Areni. Cliquez ici pour plus de détails sur la visite.

ASSUREZ-VOUS AUSSI DE VOIR Le monastère de Noravank se trouve à seulement 5 minutes de la ville d'Areni, connue pour son vin. Également à Areni se trouve la “Bird Cave” où le tout premier domaine viticole a été découvert (il y a 6 100 ans) ! Vous pouvez même visiter les grottes qui sont encore en cours de fouille.

PIN IT

Avis de non-responsabilité : cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie que si vous cliquez dessus et achetez quelque chose, je reçois une petite commission (sans frais pour vous !).


Contenu

La plus ancienne église du groupe a été construite aux Xe et XIe siècles. Les matériaux utilisés dans sa construction étaient principalement de gros morceaux de tuf rouge grossièrement taillé (un matériau de construction arménien commun). L'une des églises, nommée église Surb Astvatsatsin, a été construite en 1198 en pierre blanche, sur le côté est du complexe. Surb Astvatsatsin est attribué à Hovhannes. L'église principale a été construite en 1205, en andésite rose, avec un gavit en andésite rouge. [ citation requise ]

Le monastère était entouré de murs, sa porte était ornée de colonnes. De nombreuses structures résidentielles étaient situées dans le territoire clos. Parmi eux se trouvaient des pavillons architecturaux abritant des sources minérales. Les structures de Makaravank sont construites en andésite rose foncé et en tuf rouge, avec parfois des pierres verdâtres. Il y a aussi des vestiges d'une clôture et d'une source/puits du XIIe ou XIIIe siècle à l'extérieur des murs où se trouve maintenant une aire de pique-nique.

Temple principal Modifier

En franchissant le portail dans le mur du circuit, l'église principale de 1205, construite par Vardan, fils du prince Bazaz, se trouve sur la droite.

Le temple principal est une salle en forme de dôme. Le diamètre du haut dôme est assez grand et l'espace sous le dôme prédomine à l'intérieur de la structure. L'orientation verticale de l'intérieur est soulignée par les piliers soutenant le dôme. Attachés aux piliers sont plusieurs pilastres et demi-colonnes à facettes qui forment, au sommet, des arcs en plein cintre et en ogive portant la circonférence de support des dômes. De hautes niches, de plan semi-circulaire, encadrées d'arcatures gracieuses sur demi-colonnes jumelées, qui ornent le bas des absides de l'autel, s'emboîtent harmonieusement avec les piliers.

Les murs des estrades d'autel, décorés d'ornements géométriques, sont d'un intérêt extraordinaire. À Makaravank, les étoiles profilées à huit branches et les octogones entre elles, disposées sur deux rangées, sont recouvertes de sculptures riches et variées, uniques dans l'architecture de l'Arménie médiévale. Il présente divers motifs floraux, composant des bouquets insolites, toutes sortes de poissons et d'oiseaux, ainsi que des sphinx et des sirènes. D'intérêt sont un batelier regardant devant, et la figure d'un homme, placé à l'intérieur d'un octogone jusqu'au bord gauche du mur d'autel et inscrit "eritasard" - probablement un autoportrait du sculpteur. Tout cela est enfermé dans un cadre fortement profilé qui attire l'attention du spectateur sur les reliefs à l'intérieur.

La décoration extérieure du temple principal de Makaravank est plus expressive. Au-dessus de la fenêtre centrale de la façade sud se trouve un cadran solaire et en dessous, sur la colonne en porte-à-faux, une représentation d'une colombe, les fenêtres rondes varient dans leurs formes et leur ornementation. Les portails d'entrée sont rectangulaires, avec une niche intérieure semi-circulaire. Le tympan et le tympan sont composés de pierres de formes et de couleurs variées. Le tambour du dôme est bordé d'une gracieuse arcature à vingt arcs sur des demi-colonnes jumelles.

Les arcs sont réalisés en bande ornementale, la même bande passe entre les arcs et la corniche. L'arcature est harmonieusement proportionnée à la coupole et au volume global de l'église.

Gavit Modifier

En passant par la porte dans le mur du circuit, le gavit est sur la gauche. La façade du gavit, qui a été construite grâce à un don du prince Vache Ier Vachutian en 1224, porte des sculptures d'un sphinx et d'un lion attaquant un taureau. A l'intérieur du gavit, on accède à la plus ancienne église, du Xe ou XIe siècle.

Le narthex est à quatre colonnes. Construit avant 1207, il accueillait les deux temples en même temps. Il contient une porte qui menait à la boulangerie du pain de communion, une petite salle voûtée. La décoration du narthex est subordonnée aux caractéristiques artistiques du temple principal, qui se manifestent particulièrement clairement dans la sculpture ornementale. Le portail ouest présente, comme celui du narthex de Geghard, un encadrement à gradins qui comprend la fenêtre au-dessus. Des bas-reliefs sont sculptés sur le rebord médian, sur les côtés de la fenêtre. Sur le côté droit il y a un sphinx ailé avec une couronne sur la tête, et sur le côté gauche un lion attaquant un bœuf.

Le fût de la colonne sud-ouest de l'intérieur est ceint d'une arcature à huit arcs, le chapiteau est accentué, sur l'axe transversal, par une grande rosace au-dessus de laquelle, sur la face de l'arc, se trouve une représentation en relief de une colombe avec une aile levée. La culée du côté ouest, correspondant à la colonne, a des divisions verticales plus petites que les autres culées adossées au mur. Des rosaces de divers dessins, peintes en blanc, jaune et rouge, ont été découpées sur les plafonds plats des sections d'angle. Le décor de la partie centrale était plus riche. Des ornements floraux recouvrant les pendentifs en forme de bouclier montrent des oiseaux dans diverses attitudes. La circonférence de transition vers la base de 20 hèdres du plafond, qui était probablement constituée de six arcs entrecroisés, est composée de dalles triangulaires à rainures, verticales et inclinées.

Église de Surb Astvatsatsin Modifier

A l'extérieur se trouve une petite église Surb Astvatsatsin (Sainte Mère de Dieu) attribuée à l'abbé Hovhannes en 1198 à la mémoire de ses parents et frères, avec un portail sculpté.

L'église est un édifice miniature, qui appartient au type des monuments ronds centrés à quatre absides du Xe au XIIIe siècle, comme l'église Saint-Grégoire de Sanahin. Mais à la différence d'eux, l'église d'Astvatsatsin n'est ronde que dans sa partie inférieure et octaédrique dans sa partie supérieure, avec quatre niches triangulaires couronnées de diverses conques. The dome is proportionate to the lower round bulk. The decoration of the church is in stylistic harmony with that of the main temple and the narthex. The profiled girth skirting the building passes across the ends of the niches and the window openings. On the northern side there are eye-catching reliefs of a stork and a snake, and over the southern window a scene showing two beasts locked in a fight.

Other structures Edit

The most ancient structure of all is Makaravank’s 10th-century cross-winged domed church with annexes in the corners, which differs from the ordinary structures of this type by rich carved ornamentation (floral and interlaced linear) on the wall of the altar dais and on the framings of the main windows of the interior.

The small chapels built of ashlar stones have carved door platbands. Makaravank’s chapel has a vaulted ceiling.

1. a 10th-century church
2. the main temple of St. Astvatsatsin, 1204
3. a rotund church of 1198
4. a chapel of the 12th–13th centuries
5. a gavit, before 1207
6. a communion bread bakery of the 13th century
7. service premises of the 11th–13th centuries
8. the main entrance of the 11th–12th centuries
9. remnants of a fence
10. a spring well of the 12th–13th centuries


Façade of Surb Astvatsatsin Church at Noravank - History

Armenia : Yerevan Cathedral : also has another dedication ,on the Hight altar there is S.Astvatsatsin ( Holy Mother of God )

Noravank literally "new monastery") is a 13th-century Armenian monastery, located 122 km from Yerevan in a narrow gorge made by the Amaghu River, near the city of Yeghegnadzor, Armenia. The gorge is known for its tall, sheer, brick-red cliffs, directly across from the monastery. The monastery is best known for its two-storey Surb Astvatsatsin (Holy Mother of God) church, which grants access to the second floor by way of a narrow stone-made staircase jutting out from the face of building.

The monastery is sometimes called Noravank at Amaghu, with Amaghu being the name of a small and nowadays abandoned village above the canyon, in order to distinguish it from Bgheno-Noravank, near Goris. In the 13th–14th centuries the monastery became a residence of Syunik's bishops and, consequently. a major religious and, later, cultural center of Armenia closely connected with many of the local seats of learning, especially with Gladzor's famed university and library.

Noravank was founded in 1205 by Bishop Hovhannes, a former abbot of Vahanavank near the present-day city of Kapan in Syunik. The monastic complex includes the church of S. Karapet, S. Grigor chapel with a vaulted hall, and the church of S. Astvatsatsin (Holy Mother of God). Ruins of various civil buildings and khachkars are found both inside and outside of the compound walls. Noravank was the residence of the Orbelian princes. The architect Siranes and the miniature painter and sculptor Momik worked here in the latter part of the thirteenth and early fourteenth century.

Noravank (Armenian: Նորավանք, literally "new monastery") is a 13th-century Armenian monastery, located 122 km from Yerevan in a narrow gorge made by the Amaghu River, near the town of Yeghegnadzor, Armenia. The gorge is known for its tall, sheer, brick-red cliffs, directly across from the monastery. The monastery is best known for its two-storey Surb Astvatsatsin (Holy Mother of God) church, which grants access to the second floor by way of a narrow stone-made staircase jutting out from the face of building.

The monastery is sometimes called Noravank at Amaghu, with Amaghu being the name of a small and nowadays abandoned village above the canyon, in order to distinguish it from Bgheno-Noravank, near Goris. In the 13th–14th centuries the monastery became a residence of Syunik's bishops and, consequently. a major religious and, later, cultural center of Armenia closely connected with many of the local seats of learning, especially with Gladzor's famed university and library.

Noravank was founded in 1205 by Bishop Hovhannes, a former abbot of Vahanavank near the present-day city of Kapan in Syunik. The monastic complex includes the church of S. Karapet, S. Grigor chapel with a vaulted hall, and the church of S. Astvatsatsin (Holy Mother of God). Ruins of various civil buildings and khachkars are found both inside and outside of the compound walls. Noravank was the residence of the Orbelian princes. The architect Siranes and the miniature painter and sculptor Momik worked here in the latter part of the thirteenth and early fourteenth century.

The side chapel of Surb (Saint) Grigor was added by the architect Siranes to the northern wall of Surb Karapet church in 1275. The chapel contains more Orbelian family tombs, including a splendid carved lion/human tombstone dated 1300, covering the grave of Elikum son of Prince Tarsayich Orbelian. The modest structure has a rectangular plan, with a semi-circular altar and a vaulted ceiling on a wall arch. The entrance with an arched tympanum is decorated with columns, and the altar apse is flanked with khachkars and representations of doves in relief.

The complex has several surviving khachkars. The most intricate of them all is a 1308 khachkar by Momik. Standing out against the carved background are a large cross over a shield-shaped rosette and salient eight-pointed stars vertically arranged on its sides. The top of the khachkar shows a Deesis scene framed in cinquefoil arches symbolizing a pergola as suggested by the background ornament of flowers, fruit and vine leaves.


Histoire

With the generous financial support of the residents of Yerevan, Abbot Movses Syunetsi built a monastery complex that was made up of the said church, the chapel, as well as of chambers for the members of the congregation, and the diocese, all enclosed with fortified walls. Forming here a congregation, he established a monastic school.

The reconstruction of the monastery took place during the reign of Philip I of Armenia (Pilipos), the Catholicos (1632–1635). However, fate had determined that the newly built monastery should not last long. It was completely destroyed by the earthquake of 1679.

Present-day Surp Zoravor Church was built in 1693 on the same site of the monastery after the said earthquake thanks to the donation of Khoja Panos, a very wealthy resident of Yerevan. An inscription recorded one hundred years after the building of the church, we learn that the church was renovated by Gabriel Haryurapet during the reign of Catholicos Luke I. The church is of the three-nave basilica type with no dome. On the eastern side of the prayer hall is the main altar with vestries at the northern and southern corners. Architecturally, the interior and exterior features of the church are characterized by a striking simplicity. To a certain extent the tri-vaulted porch in the western part of the church with decorative columns provides a substantial liveliness. On the flat parts of the outer walls there are beautifully carved khachkars (cross stones) bearing dates referring to the seventeenth century.

In 1889, a new building for the St. Anania Chapel was constructed on the northeastern side of the church with stairs leading to the graveyard on the eastern flank.

After serving different purposes throughout the period of the Soviet rule, the Surp Zoravor Church was returned to the believers and thus became active. The Surp Zoravor Church, under the auspices of the Mother See, saw thorough repair and improvement in the 70's. The decayed and falling parts of the walls and roofs were repaired and restored, a gallery was added for the church choir and a new house was built for the pastors. The Chapel of St. Anania also underwent restoration. The total cost of the repair and restoration of the church, as well as of the improvement of the surroundings were donated by the Holy See’s benefactor Mr. Sarkis Petrossian, an Armenian resident of France.


Architecture

The church of Surb Astvatsatsin was built in the year 1213, and is constructed from dark gray basalt. It is a cruciform type structure with a chamber in each of the four corners and a semicircular apse at the end of the hall. A central tall round drum rests above with a tent style dome, supported by the corners of the square which is supported by columns below. The roof of the church is gabled. The structure is simply decorated except for the cornice moldings and accentuation of the arches in the main area. From the outside, the building is rectangular with two wall niches and windows on the north, east, and south.

The gavit adjacent to S. Astvatsatsin was finished in the year 1221. It is a large central-plan with four large columns. Intersecting arches support the square on which the dome with an oculus sits. Situated on top of the gavit are two towers with second stories where students lived. On one of the columns of the gavit is an inscription that gives credit to the architect Vardapet Aighbairik for designing S. Astvatsatsin and gavit. In this same structure are numerous graves, one of which is Princess Khatun and another is her husband Prince Vatcheh Vatchutian. Outside of the gavit, on the front façade above the portal are a grouping of cross designs carved into the stone. Each is a memorial to a wealthy donor who supported the construction of the monastery, and is thus given "free passage" to heaven.

The ruins of the 9th century village of Tegher sits a short distance walk from the front portal of the monastery. Numerous foundations may be seen, along with the remains of a Tukh Manuk funerary chapel of the 5th century. Nearby is also the medieval to 19th century cemetery with some mausoleums and khachkars.