Des articles

Erich Maria Remarque

Erich Maria Remarque


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Erich Maria Remarque est né à Osnabruck, en Allemagne, en 1898. Il a été appelé dans l'armée allemande en 1916 et a été blessé alors qu'il transportait un soldat blessé hors de l'action.

Après la Première Guerre mondiale Remarque est devenu enseignant et en 1929, son roman sur ses expériences de guerre, À l'Ouest, rien de nouveau, a été publié en Allemagne. Le livre de Remarque a été attaqué par Adolf Hitler et Joseph Goebbels et après que le parti nazi a pris le pouvoir, Remarque a décidé de déménager en Suisse où il a terminé Le chemin du retour. Un livre sur un groupe d'anciens soldats essayant de vivre dans l'Allemagne vaincue.

Remarque a été critiqué par le gouvernement de l'Allemagne nazie et en 1933 À l'Ouest, rien de nouveau et Le chemin du retour ont été à la fois interdits et détruits par les nazis.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Remarque a émigré aux États-Unis et est devenu citoyen naturalisé. D'autres livres de Remarque incluent Flotsam (1941), Arc de Triomphe (1946), L'obélisque noir (1957) et La nuit à Lisbonne (1962).

Erich Maria Remarque est décédé en 1970.

Je suis souvent sur les gardes des Russes. Dans l'obscurité, on voit leurs formes bouger comme des cigognes en bâton, comme de grands oiseaux. Ils s'approchent du grillage et appuient leur visage contre celui-ci. Leurs doigts s'accrochent à la maille. Souvent, beaucoup se tiennent côte à côte et respirent le vent qui descend des landes et de la forêt.

Ils parlent rarement et seulement quelques mots. Ils sont plus humains et plus fraternels l'un envers l'autre, me semble-t-il, que nous. Mais peut-être est-ce simplement parce qu'ils se sentent plus malheureux que nous. De toute façon, la guerre est finie en ce qui les concerne. Mais attendre la dysenterie n'est pas une vie non plus.

Un mot d'ordre a fait de ces figures silencieuses nos ennemis ; un mot d'ordre pourrait les transformer en nos amis. A une table, un document est signé par des personnes qu'aucun de nous ne connaît, et puis pendant des années ensemble ce crime même sur lequel tombaient autrefois la condamnation du monde et la peine la plus sévère, devient notre objectif le plus élevé. N'importe quel sous-officier est plutôt l'ennemi d'une recrue, n'importe quel maître d'école d'un élève, alors ils le sont s'ils étaient libres.

Nous marchons, soldats de mauvaise humeur ou de bonne humeur - nous atteignons la zone où commence le front et devenons à l'instant des animaux humains.

Nous voulons vivre à tout prix ; nous ne pouvons donc pas nous encombrer de sentiments qui, bien qu'assez décoratifs en temps de paix, seraient déplacés ici.

Toutes les autres expressions reposent dans un sommeil hivernal, la vie n'est qu'une veille continuelle contre la menace de la mort ; - il nous a transformés en animaux irréfléchis pour nous donner l'arme de l'instinct - il nous a renforcés de matité, pour que nous ne nous effondrions pas devant l'horreur, qui nous accablerait si nous avions une pensée claire et consciente - il a éveillé en nous le sens de la camaraderie, afin que nous échappions à l'abîme de la solitude - il nous a prêté l'indifférence des créatures sauvages, de sorte que malgré tout, nous percevons le positif à chaque instant, et le stockons contre l'assaut du néant.

Plus cela se fait tard, plus la ville est perturbée. Je vais avec Albert dans les rues. Les hommes se tiennent en groupes à chaque coin de rue. Les rumeurs volent. On dit que les militaires ont déjà tiré sur un cortège de manifestants. Du voisinage de l'église Sainte-Marie vient soudain le bruit de coups de fusil, d'abord isolément, puis toute une volée. Albert et moi nous regardons ; sans un mot nous partîmes dans la direction des coups de feu.

De plus en plus de gens accourent vers nous. « Apportez des fusils ! les salauds tirent ! » ils crient. Nous accélérons le rythme. Nous entrons et sortons des groupes, nous nous frayons un chemin, nous courons déjà - une excitation sinistre et périlleuse nous pousse en avant. Nous sommes à bout de souffle. Le bruit des coups de fusil augmente.

Ludwig court à côté de nous. Ses lèvres sont serrées, les os de la mâchoire ressortent, ses yeux sont froids et tendus - une fois de plus, il a le visage des tranchées. Albert aussi. Moi aussi. Nous courons vers les coups de fusil, comme s'il s'agissait d'une sommation mystérieuse et impérative.

La foule, toujours criante, cède devant nous. Nous nous frayons un chemin. Les femmes tiennent leurs tabliers sur leurs visages et s'éloignent en trébuchant. Un hurlement de fureur monte. Un blessé est emporté.

Nous arrivons à la place du marché. Là, la Reichwehr a pris position devant l'hôtel de ville. Les casques d'acier brillent pâlement. Sur les marches se trouve une mitrailleuse prête à l'action. La place est vide ; seules les rues qui y mènent sont bondées de monde. Ce serait de la folie d'aller plus loin - la mitrailleuse couvre la place.


L'article est plein d'antécédents indéfinis, car il se déplace négligemment parmi les sujets et les pronoms d'une phrase à l'autre et d'un paragraphe à l'autre. Par exemple, un paragraphe commence par le mot « Son » en référence à Remarque, bien que Remarque ne fasse pas l'objet d'une seule phrase dans le paragraphe précédent. Quelques modifications judicieuses devraient arranger les choses, mais je n'ai pas le temps de le faire moi-même pour le moment. — Commentaire précédent non signé ajouté par 98.119.204.197 (talk) 22:50, 19 décembre 2012 (UTC)

"Full Circle" noté ici comme une pièce Remarque, des liens vers un site sur l'album Doors du même nom. Il est également lié à un livre de Danielle Steele.

J'ai fait le lien pointer vers Full Circle (jouer). Maintenant, tout ce dont nous avons besoin, c'est que quelqu'un écrive l'article. --Jose Ramos 13:18, 3 mars 2004 (UTC) Le lien correct est en fait Full Circle (Remarque play), que je viens de changer. --User:Olaf Davis 16:47, 4 juin 2006 (UTC) En 2007, Full Circle (Remarque play) a été transformé en une redirection vers cette page, faisant du lien d'Olaf un lien circulaire, j'ai donc supprimé ce lien. J'ai également fait de Full Circle (play) une page de désambiguïsation. JBW (parler) Anciennement JamesBWatson 12:35, 2 décembre 2019 (UTC)

Certaines sources insistent sur le fait qu'il est né Kramer et pas Remarque, comme http://www.kirjasto.sci.fi/remarque.htm . Il y a beaucoup plus de sites Web qui l'appellent Remarque. L'un d'eux l'appelle aussi Remarque (http://www.firstworldwar.com/poetsandprose/remarque.htm ) mais appelle son père Peter Maria Kramer (qui est jamais appelé Remarque de Peter Maria par d'autres sites, mais Remarque de Peter Franz). Quelqu'un peut-il faire la lumière sur cette question?


Réponse : Son nom de famille était à l'origine Remark. Lorsqu'il est tombé dans le discrédit dans l'Allemagne nazie, l'histoire a été inventée selon laquelle il avait des origines juives. Kramer est connu comme un nom juif. Cette histoire ne s'est jamais vraiment éteinte (je pense que cela a aussi à voir avec le fait que Remarque n'aimait pas parler de son passé, donc il y avait de la place pour la spéculation, mais je n'en suis pas sûr). Le nom de famille d'origine était Remarque btw (le nom de famille de son arrière-grand-père était Remarque). Alors il l'a en quelque sorte changé en arrière.

Kramer n'est pas un nom juif, mais un nom allemand standard (cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas non plus de juifs avec le nom Kramer) —Commentaire précédent non signé ajouté par 84.164.235.67 (talk) 16:54, 27 août 2008 (UTC)

Que serait exactement un « nom juif » ? Goldberg etc. sont aussi à l'origine allemands. —Commentaire précédent non signé ajouté par 88.73.46.56 (talk) 15:45, 28 janvier 2010 (UTC)

Un « nom juif » serait tout ce que le NSDAP a décidé d'être juif. Moins sarcastiquement, ce seraient probablement des noms que l'on trouve principalement parmi les Juifs pratiquants. —Commentaire précédent non signé ajouté par 98.209.12.67 (talk) 05:16, 31 janvier 2010 (UTC)

Le commentaire juste avant celui-ci le résume. Les Reichsmarchall est cité comme disant "je décider qui est juif. » La même chose était vraie pour décider quels noms de famille étaient « juifs ».

Et pourtant, où placerait-on le nom de famille Franc? Anne Frank = Allemand/Juif. Hans Frank = allemand/nazi.

Dans un contexte contemporain, aux États-Unis, le nom de famille Jackson peut être un nom de famille caucasien ou un nom de famille afro-américain.

Joyeux Noël à tous (71.22.47.232 (discussion) 22:46, 25 décembre 2010 (UTC))

La remarque est la version germanisée de la « remarque » française. Richard J Evans dans The Coming of the Third Reich démystifie l'histoire de Kramer comme un mensonge nazi car ils considéraient All Quiet on the Western Front antipatriotique en raison de la vérité sur la guerre, et sont considérablement mieux fournis que les 2 sites Web mentionnés dans le commentaire original ExtravagTante (discussion) 14:29, 19 juin 2021 (UTC)

Alors quel roman était le G.W. Film parfait Der Letzte Akt basé sur?

Réflexions sur ce que vous ressentez dans le roman à succès de Remarque, À l'Ouest, rien de nouveau, vous a interpellé.

Lisez les dernières lignes pour plus de cohérence.

Cela m'a vraiment fait voir à quel point l'hygiène n'a pas de limites et à quel point il serait plutôt répugnant d'être impliqué dans la guerre. Cela devrait donner aux gens un autre point de vue sur les raisons pour lesquelles la guerre ne devrait pas être la réponse à tout désaccord entre les pays. —Commentaire précédent non signé ajouté par [[User :<<<1>>>|<<<1>>>]] ([[User talk :<<<1>>>|talk]] • [[Special :Contributions /<<<1>>>|contribs]])

Ouais, je ne sais pas si c'est du wandalisme, une guerre d'édition, ou simplement des phrases mal formulées. Je reviendrais, mais je ne le connais pas assez. 12.218.145.112 04:10, 18 mars 2007 (UTC)

"Blessé à cinq reprises, Remarque, comme son protagoniste, Paul Bäumer, a avalé du gaz toxique et s'est blessé aux poumons" -http://encarta.msn.com/sidebar_701509551/All_Quiet_on_the_Western_Front.html

J'ai lu brièvement les cinq blessures de Remarque pendant la Première Guerre mondiale dans la traduction A.W.WHEEN de All Quiet on the Western Front ainsi que dans la biographie.

Sur le site suivant, il y a un article intéressant qui serait un ajout bienvenu à cette page. Il raconte comment la sœur de Remarque a été exécutée par les nazis parce qu'il était lui-même aux États-Unis. Il détaille également comment les deux étaient stationnés à seulement quelques kilomètres l'un de l'autre près d'Ypres et ont combattu dans les mêmes batailles. http://www.greatwar.nl/remarque/remarque-eng.html

Peut-on vraiment dire qu'Erich Maria Remarque était son pseudonyme, car il a légalement changé son nom et l'a utilisé dans tous les aspects de sa vie, et pas seulement dans ses œuvres littéraires ?

D'accord. beaucoup de gens changent de nom légalement et ce ne sont pas des pseudonymes. Bien sûr, dans le cas des auteurs et autres, la raison du changement de nom peut rendre la psychologie intéressante, donc le changement peut valoir la peine d'être noté. Engr105th (discussion) 23:26, 24 mars 2008 (UTC)

Salut, selon http://en.wikipedia.org/wiki/Bayonet il a servi dans les échelons arrière, http://www.greatwar.nl/frames/default-hitlere.html suggère qu'il était un sapeur que vous accepteriez était un rôle de première ligne, mais aussi qu'il était un fantasme et un fraudeur sur son dossier de combat et son rang, tandis qu'encarta dit en effet http://encarta.msn.com/sidebar_701509551/All_Quiet_on_the_Western_Front.html dit qu'il a été cinq fois blessé et gazé. C'est très important mais je ne suis pas allé au fond des choses.

Selon le Remarque Frieden-Zentrum, que je pense être la meilleure autorité sur Remarque, il était en première ligne pendant environ trois semaines et a été blessé une fois, mais à 5 endroits. Il avait également été sous le feu de l'artillerie pendant plusieurs semaines auparavant, dans le dépôt de la réserve de campagne. Je posterai plus ici quand je trouverai le temps. Rumiton 03:38, 21 juin 2007 (UTC)

Je demande bien tard, mais avez-vous trouvé quelque chose sur Rumitron ? (si oui, je suppose que vous avez ajouté à l'article ?). Les choses que je vois en ligne à propos de Remarque semblent être des "références circulaires", c'est-à-dire des sources se référençant les unes les autres, mais rien qui ne remonte aux dossiers réels de l'armée allemande, aux journaux intimes existants, ce genre de chose. d'ailleurs, j'ai aussi lu quelque chose à propos de Remarque étant vague ou incohérent dans les interviews sur son service de guerre, et quelque chose à propos de lui étant repéré après la guerre portant un manteau d'officier. Une vérité à l'un d'entre eux ?? Engr105th (conversation) 23:33, 24 mars 2008 (UTC) Bonjour. Je n'avais pas l'intention de faire d'autres recherches, j'ai déjà fait des recherches approfondies sur la vie et l'époque de Remarque pour ma traduction. Le livre de Remarque, de renommée internationale, a été l'un des problèmes de relations publiques les plus difficiles auxquels les nazis ont été confrontés alors qu'ils tentaient de reconstruire les défaites de 1918 et de rejeter la responsabilité de l'armistice sur les Juifs. Ils ont attaqué Remarque de toutes les manières, l'accusant d'être un fantaisiste, un lâche et un juif. Il n'était rien de tout cela, mais il ne s'en aidait pas par son comportement parfois bizarre, qu'on attribuerait aujourd'hui au syndrome de stress post-traumatique. Il existe une histoire assez bien documentée selon laquelle il a décerné une médaille qu'il avait reçue (ou des galons de promotion, peut-être) à son chien. Quoi qu'il en soit, la désinformation propagée par les nazis s'est retrouvée dans plusieurs ouvrages de référence par ailleurs réputés, y compris, la dernière fois que j'ai regardé, l'Encyclopedia Brittanica. Remarque Frieden-Zentrum est la meilleure source. Rumiton (discussion) 00:32, 25 mars 2008 (UTC)

Je pensais que le mot "leben" se traduisait en anglais par "vivre" et non "aimer". Et, en fait, « Zeit zu leben, zeit zu sterben » dans d'autres langues est « le temps de vivre, le temps de mourir » ? Alors, c'est une erreur dans l'article ou quoi ?

Il y a une note dans l'article en référence à amazon.com. Mais je pense que c'est une erreur là. Ce doit être "vivre". Je le change. Shmuliko 05:07, 12 juin 2007 (UTC)

La confusion est survenue parce que le film réalisé, je pense, en 1958, avait le titre "Un temps pour aimer et un temps pour mourir". Remarque n'a pas semblé s'en soucier, car il a joué un petit rôle dans le film. Rumiton 14:26, 22 juin 2007 (UTC)


Vous avez raison, "leben" dans la mesure où on m'a appris à vivre, "lieben" est d'aimer cependant, le livre dit en effet "A Time to Love and a Time to Die". Donc, avant de changer les choses, assurez-vous de savoir exactement ce que c'est. En lisant ce livre, vous verrez qu'il y a vraiment un temps pour aimer et un temps pour mourir. (71.38.31.108 (discussion) 13:58, 25 novembre 2007 (UTC))

Le titre allemand était Zeit zu Leben ne pas Liében. Recherche le sur Google. Rumiton (discussion) 14:26, 25 novembre 2007 (UTC)

Sa nationalité dans l'infobox est répertoriée comme « allemande », mais ne serait-elle pas plus correctement « américaine », puisqu'il est devenu citoyen américain naturalisé dans les années 40 ? Srajan01 06:21, 27 juillet 2007 (UTC)

Au moment de la rédaction de ce roman Remarque était un citoyen allemand. Peut-être qu'il devrait lire allemand (plus tard américain.) Rumiton 10:33, 27 juillet 2007 (UTC)

Tous ses livres ont d'abord été écrits en allemand, puis traduits (71.38.31.108 (talk) 14:00, 25 novembre 2007 (UTC))

Cet article a été automatiquement évalué car au moins un article a été évalué et ce bot a amené toutes les autres évaluations à au moins ce niveau. BetacommandBot 11:30, 27 août 2007 (UTC)

Et pourquoi est-il assez remarquable pour être inclus dans cet article ? Rumiton (discussion) 07:48, 26 décembre 2007 (UTC)

On dirait que quelqu'un d'autre n'a pas pu trouver la réponse et l'a supprimé. Bon travail. Rumiton (discussion) 11:58, 30 décembre 2007 (UTC)

Image:Erich.Remarque.jpg est utilisé sur cet article. Je remarque que la page de l'image spécifie que l'image est utilisée dans le cadre d'un usage loyal, mais il n'y a aucune explication ou justification quant à la raison pour laquelle son utilisation dans cette L'article de Wikipédia constitue un usage loyal. En plus du modèle standard d'utilisation équitable, vous devez également écrire sur la page de description de l'image une explication ou une justification spécifique expliquant pourquoi l'utilisation de cette image dans chaque article est conforme à l'utilisation équitable.

Veuillez vous rendre sur la page de description de l'image et la modifier pour inclure une justification d'utilisation équitable. L'utilisation de l'un des modèles de Wikipédia : Directive de justification d'utilisation équitable est un moyen simple de vous assurer que votre image est conforme à la politique de Wikipédia, mais n'oubliez pas que vous devez remplir le modèle. N'insérez pas simplement un modèle vierge sur une page d'image.

S'il existe d'autres supports d'utilisation équitable, pensez à vérifier que vous avez spécifié la justification de l'utilisation équitable sur les autres images utilisées sur cette page. Notez que toute image d'usage loyal ne comportant pas une telle explication peut être supprimée une semaine après avoir été taguée, comme décrit sur les critères de suppression rapide. Si vous avez des questions, veuillez les poser sur la page des questions sur le droit d'auteur des médias. Merci.

Dans le livre (fictif) de Gunter Grass ((My Century)), il est dit que Remarque a fait la guerre dans le corps des ambulances, plutôt que d'être hospitalisé pour le reste de la guerre. quelqu'un en sait plus ? —Commentaire précédent non signé ajouté par Broonsparrow (discussion • contributions) 22:29, 10 août 2008 (UTC)

Comme tu dis, c'était de la fiction. L'histoire de son service de guerre ici est fournie par l'Institut Remarque à Osnabruck, qui est la source définitive. Rumiton (discussion) 13:48, 10 novembre 2008 (UTC)

Que s'est-il passé avec la première femme de Remarque ? Ils se sont mariés deux fois (voir http://www.kirjasto.sci.fi/remarque.htm]. Ont-ils divorcé ou est-elle décédée avant que Remarque n'épouse Goddard ? Richard David Ramsey 16:17, 28 août 2008 (UTC )

Selon la version allemande de wikipedia, ils ont divorcé le 20 mai 1957 et elle est décédée le 25 juin 1975. — Commentaire précédent non signé ajouté par 98.85.144.203 (discussion) 00:50, 13 juin 2010 (UTC)

Son grand-père a changé son nom de Remarque en Remark en raison de la xénophobie allemande ? Quelle bêtise. En Allemagne, vous pouvez trouver des milliers d'Allemands avec un nom français. Ils descendent de huguenots fuyant la France. Personne n'a eu à changer son nom. Certains exemples de la Première Guerre mondiale sont von Hutier, von Francois et von Arnauld de la Perière (et ne dites pas qu'ils sont tous nobles). —Commentaire précédent non signé ajouté par 79.221.68.11 (talk) 11:42, 9 novembre 2008 (UTC)

Avez-vous remarqué que les gens sur Wikipédia sont très polis les uns envers les autres ? Cherchez la raison ici. J'ai annulé vos modifications. L'histoire actuelle du nom de famille de Remarque vient de la Erich Maria Remarque-Archive/Forschungsstelle Krieg und Literatur du Remarque-Zentrum dans sa ville natale d'Osnabrueck. Si vous avez des sources fiables qui appuient vos affirmations, veuillez les présenter ici. Rumiton (discussion) 13:56, 10 novembre 2008 (UTC)

Je vois qu'une demande de sources a été ajoutée à la déclaration selon laquelle la famille Remarque a germanisé son nom en raison de l'hostilité anti-française au XIXe siècle. Cette déclaration provenait d'une brochure d'information générale publiée par le Remarque Institute, mais aujourd'hui je n'en trouve pas de copie. Cependant, leur site Web et leur page d'information font écho à l'information.

Remarques Vorfahren stammten aus dem deutsch-französischen Sprachgrenzgebiet bei Aachen und führten den Familiennamen Remarque bzw. Remarque. Sie lebten auf der deutschen Seite, und als nach dem deutsch-französischen Krieg in den 70er Jahren des 19. Jh. ein Erlass zur Germanisierung der Familiennamen herauskam, nannten sie sich Remarque.

Remarque wurde am 22.06.1898 als Erich Paul Remarque à Osnabrück geboren. Als er nach der Publikation seines ersten Romans Die Traumbude (1920) und ersten Veröffentlichungen als Journaliste Anfang der 20er Jahre nach einem Künstlernamen suchte, tauschte er seinen zweiten Vornamen gegen Maria und verwendete die franzwens seinenname.

Ma traduction : Les ancêtres de Remarque venaient de la frontière linguistique franco-allemande autour d'Aix-la-Chapelle et s'appelaient Remarque ou Remarcle. Ils vivaient du côté allemand, et quand après la guerre franco-allemande de 1870, un édit fut publié que les noms de famille devaient être germanisés, ils ont changé le nom de famille en Remark.

Remarque est né Erich Paul Remark à Osnabrück, le 22 juin 1898. Alors qu'il cherchait un nom de plume après la parution de son premier roman Die Traumbude, et au début de sa carrière de journaliste, il a changé son deuxième nom en Maria et a ramené son nom de famille à Remarque.

Voir ici.[[1]] Si cela supprime l'objection, je rétablirai la date des faits demain. Rumiton (discussion) 12h15, 20 novembre 2008 (UTC)

Votre traduction est bonne, mais Erlaß (je préfère l'orthographe traditionnelle) est mieux traduit par décret. Ce site est-il la seule référence que vous ayez ? Ensuite, vous êtes sur de la glace mince. Quel Erlaß ? Était-ce simplement régional ou national (cela n'a pas de sens à cause de von Hutier, von Francois et von Arnauld de la Perière entre autres) ? Était-ce seulement pour les noms français ou d'autres noms « allemands non germaniques » (danois, polonais, tchèque ou autre) ? Quand cet Erlaß a-t-il été révoqué ? Sinon, il n'aurait pas pu changer son nom en orthographe française. Le « Erich Maria Remarque-Friedenszentrum » du « Friedensstadt Osnabrück » peut-il nommer l'Erlaß ? Pourquoi pas d'autres sources ? —Commentaire précédent non signé ajouté par 79.221.19.131 (talk) 22:43, 26 novembre 2008 (UTC)

Bonjour, désolé de manquer votre commentaire depuis si longtemps. Je suis d'accord avec le décret, et si j'avais un clavier en allemand, je préférerais aussi l'orthographe traditionnelle. :-) À mon avis, le Remarque Institute est une source très réputée, je dirais une source définitive. Ils travaillent à un niveau très élevé sous un examen public intense. Si vous souhaitez les contacter, je suis sûr que vous obtiendrez autant de détails sur l'évolution de cette loi que vous en avez besoin. Rumiton (discussion) 13:05, 7 novembre 2009 (UTC)

Bonjour, j'ai raté votre commentaire pendant si longtemps aussi, désolé. J'ai demandé le décret à l'Institut Remarque. Ils répondirent qu'il n'y avait pas de véritable décret. La famille de Remarque a très probablement germanisé son nom volontairement. C'est OU, je sais. —Commentaire précédent non signé ajouté par 79.221.39.114 (discussion) 23:35, 23 juillet 2010 (UTC)

Pas OU, juste trouver une bonne source, mais c'est très étrange, car c'est la source qui a dit que : ein Erlass zur Germanisierung der Familiennamen herauskam. Rumiton (discussion) 13:14, 26 juillet 2010 (UTC)

La chose la plus évidente ne devrait-elle pas être déclarée dans la première phrase du deuxième paragraphe que Remarque a été enrôlé par les Allemands et a combattu pendant la Première Guerre mondiale ? —Commentaire précédent non signé ajouté par Fredsaid22 (discussion • contributions) 08:06, 21 novembre 2009 (UTC)

trop d'opions comme dire "il est bien connu" nous devons remplacer ou effacer les opions. — Commentaire précédent non signé ajouté par Gulldino (discussion • contributions) 14:47, 14 octobre 2015 (UTC)

Je viens de modifier un lien externe sur Erich Maria Remarque. S'il vous plaît, prenez un moment pour revoir ma modification. Si vous avez des questions ou si vous avez besoin que le bot ignore les liens ou la page complètement, veuillez visiter cette simple FAQ pour plus d'informations. J'ai fait les modifications suivantes :

Une fois que vous avez terminé d'examiner mes modifications, vous pouvez suivre les instructions du modèle ci-dessous pour résoudre tout problème lié aux URL.

Depuis février 2018, les sections de page de discussion « Liens externes modifiés » ne sont plus générées ou surveillées par InternetArchiveBot . Aucune action spéciale n'est requise concernant ces avis de page de discussion, autre qu'une vérification régulière à l'aide des instructions de l'outil d'archivage ci-dessous. Les éditeurs sont autorisés à supprimer ces sections de page de discussion « Liens externes modifiés » s'ils souhaitent désencombrer les pages de discussion, mais consultez la RfC avant de procéder à des suppressions systématiques en masse. Ce message est mis à jour dynamiquement via le modèle <> (dernière mise à jour : 15 juillet 2018).

  • Si vous avez découvert des URL qui ont été considérées à tort comme mortes par le bot, vous pouvez les signaler avec cet outil.
  • Si vous avez trouvé une erreur avec des archives ou les URL elles-mêmes, vous pouvez les corriger avec cet outil.

Je viens de modifier 2 liens externes sur Erich Maria Remarque. S'il vous plaît, prenez un moment pour revoir ma modification. Si vous avez des questions ou si vous avez besoin que le bot ignore les liens ou la page complètement, veuillez visiter cette simple FAQ pour plus d'informations. J'ai fait les modifications suivantes :

Une fois que vous avez terminé d'examiner mes modifications, vous pouvez suivre les instructions du modèle ci-dessous pour résoudre tout problème lié aux URL.

Depuis février 2018, les sections de page de discussion « Liens externes modifiés » ne sont plus générées ou surveillées par InternetArchiveBot . Aucune action spéciale n'est requise concernant ces avis de page de discussion, autre qu'une vérification régulière à l'aide des instructions de l'outil d'archivage ci-dessous. Les éditeurs sont autorisés à supprimer ces sections de page de discussion « Liens externes modifiés » s'ils souhaitent désencombrer les pages de discussion, mais consultez la RfC avant de procéder à des suppressions systématiques en masse. Ce message est mis à jour dynamiquement via le modèle <> (dernière mise à jour : 15 juillet 2018).


Choses à retenir en lisant les extraits de À l'Ouest, rien de nouveau:

  • Remarque propose des descriptions très détaillées et réalistes, mais il ne mentionne jamais de batailles spécifiques. Les critiques ont suggéré qu'il s'agissait d'un effort pour montrer que les sentiments qu'il décrit sont pertinents pour toutes les batailles.
  • Un autre grand roman de guerre publié à la fin des années 1920 est celui d'Ernest Hemingway. Un adieu aux armes. Alors que les deux romans critiquent la guerre, leurs auteurs proposent des solutions différentes aux périls de la guerre moderne. Hemingway suggère que la seule façon pour un homme de survivre à la brutalité de la guerre moderne est de se protéger et de protéger ses valeurs personnelles. dirigeants politiques.

Remarque Institut

L'Institut Remarque soutient l'étude pluridisciplinaire et comparative de l'Europe et de ses voisins proches. L'Institut rassemble des chercheurs à toutes les étapes de leur carrière à travers ses différentes manifestations. Il gère également un programme compétitif de bourses pour les universitaires invités qui souhaitent venir à New York, et un programme compétitif de bourses qui permet aux membres de la communauté NYU de passer du temps à l'École Normale Supérieure.

Le Remarque Institute s'engage particulièrement à soutenir les chercheurs émergents - ceux qui terminent leur doctorat ou qui viennent de terminer leurs études supérieures. À cette fin, l'Institut organise une série d'ateliers en cours pour les étudiants travaillant sur leurs thèses et organise régulièrement le séminaire de Kandersteg, un événement sur nomination uniquement qui rassemble de jeunes universitaires internationaux pour une conversation informelle prolongée autour d'un sujet ou d'un thème défini et permet à NYU et des doctorants affiliés à Remarque pour passer jusqu'à un semestre à mener des recherches à Paris.

L'Institut Remarque s'engage également à soutenir les universitaires et les écrivains travaillant sous la contrainte politique et économique. Son programme Visiting Fellows est particulièrement intéressé par les candidatures de personnes dont le travail sera considérablement facilité par une période de résidence à l'Institut et par l'accès aux ressources bibliographiques et technologiques de NYU. L'Institut Remarque est également un participant de longue date du réseau Scholars at Risk et accueille régulièrement des dissidents et d'autres personnes dont la capacité de travailler dans leur pays d'origine est gravement compromise.

L'Institut Remarque a pour troisième objectif principal de soutenir la communauté d'universitaires et d'étudiants de NYU dont la recherche est liée à l'étude de l'Europe, au sens large, à travers des conférences, des séminaires et d'autres événements organisés par eux ou avec leurs intérêts et leur expertise à l'esprit . Remarque soutient également les professeurs de NYU et les doctorants qui souhaitent passer des périodes allant jusqu'à un semestre pour mener des recherches à Paris grâce à ses bourses à l'École normale supérieure.


Succès populaire

L'immense succès de Im Westen nichts Neues (1929 All Quiet on the Western Front) a établi Remarque en tant qu'auteur. Ce roman s'inscrit dans une classe de fiction anti-guerre et antimilitaire qui a connu une croissance rapide en Allemagne à la fin des années 1920&# x2014Arnold Zweig&# x0027s (1887&# x20131968) Sergent Grischa est un autre exemple célèbre. Ces livres se caractérisent par un style pragmatique, souvent conversationnel, similaire à celui d'un article de journal ou de magazine.

Bien que Remarque cache peu de l'horreur et du sang de la vie dans les tranchées, il y a en même temps une tendance sentimentale dans le livre qui se maintient fortement jusqu'aux dernières pages, dans lesquelles, après la mort de son ami, le héros meurt lui-même deux semaines avant la fin de la guerre, un jour où tout se dit calme au front. À l'Ouest, rien de nouveau a été traduit en quelque vingt-cinq langues et vendu à plus de trente millions d'exemplaires. La version cinématographique de 1930 du livre a été un énorme succès au box-office et a remporté plusieurs Oscars.


Prose & Poésie - Erich Maria Remarque

Romancier allemand (1898-1970, pseudonyme d'Erich Paul Remark), devenu célèbre grâce à son œuvre Je suis Westen Nichts Neues (tr. À l'Ouest, rien de nouveau, 1929), l'un des romans anti-guerre les plus connus, qui dépeint les horreurs de la guerre du point de vue des soldats ordinaires.

Dans ses œuvres, Remarque s'est largement concentré sur l'effondrement du vieux monde européen et des valeurs de 1914 à la guerre froide.

"C'est autant une question de chance que je sois encore en vie que d'avoir pu être touché. Dans un abri à l'épreuve des bombes, je peux être réduit en atomes et à l'air libre, je peux survivre sans égratignure à un bombardement de dix heures. Aucun soldat ne survit à mille chances. Mais chaque soldat croit en la chance et a confiance en sa chance." (de À l'Ouest, rien de nouveau)

Erich Maria Remarque est né à Ossnabrück, en Basse-Saxe, dans des conditions modestes. Ses ancêtres étaient français. La mère de Remarque était Anna Marie Kramer et son père, Peter Maria Kramer, un relieur. Il étudie à l'université de Münster mais doit s'enrôler dans l'armée allemande à l'âge de 18 ans. Il combat sur le front occidental et est plusieurs fois blessé.

Après sa libération, Remarque avait suivi un cours d'enseignant offert aux anciens combattants par le gouvernement. Il a enseigné pendant un an dans une école et s'est également essayé à la taille de pierre et à la conduite d'une voiture d'essai. Remarque a commencé sa carrière d'écrivain en tant que journaliste sportif et rédacteur en chef adjoint de Sportbild. La renommée est venue avec son premier roman, À l'Ouest, rien de nouveau, qui a touché un nerf de l'époque et a déclenché une tempête de controverse politique.

Sa suite, Der Weg Zuruck (Le chemin du retour), paru en 1931. Il traitait de l'effondrement de l'armée allemande après la guerre et du sort des héros survivants.

À l'Ouest, rien de nouveau - le roman le plus représentatif traitant de la Première Guerre mondiale. Le livre commence en 1917 après une bataille, au cours de laquelle la moitié de la compagnie de Paul Büumer a été tuée. Bümer est surtout le narrateur et Remarque traverse sa vie en flash-back. Paul et ses camarades de classe ont été encouragés par leur professeur, Kantorek, à s'enrôler dans l'armée allemande. Le groupe de Büumer comprend des camarades de l'école et Katczinsky, un homme plus âgé.

Le groupe passe par une formation de base et va au front. Büumer essaie de comprendre ce qui se passe. Il rentre chez lui en permission, retourne dans les tranchées, est blessé et envoyé dans un hôpital militaire. A l'été 1918 le front allemand est repoussé, et les soldats attendent la fin de la guerre.

En octobre, alors qu'il n'y a pas grand-chose à signaler sur le front ouest, Paul est tué, une semaine environ avant l'armistice. L'histoire est racontée à la première personne dans un style cool, un contraste avec la rhétorique patriotique.

Remarque enregistre les horreurs quotidiennes dans les tranchées, où les mitrailleuses ont tué des millions, dans un euphémisme laconique. "Lors de la prochaine guerre, laissez tous les Kaisers, les présidents, les généraux et les diplomates entrer dans un grand champ et se battre d'abord entre eux. Cela nous satisfera et nous gardera à la maison." (Katzinsky)

Le film de Lewis Milestone (1930), basé sur le roman, est une référence du cinéma américain. L'une des meilleures scènes est celle où Paul (Lew Ayres) retourne dans son école et dit la vérité aux nouveaux étudiants. "Quand il s'agit de mourir pour son pays, il vaut mieux ne pas mourir du tout." Le film a été dénoncé par Goebbels comme anti-allemand, mais les Polonais l'ont interdit parce qu'il était pro-allemand.

Les travellings des soldats attaquant les lignes ennemies étaient particulièrement efficaces. En France, c'était interdit jusqu'en 1962. Le gros plan de la main de Paul qui tend la main vers le papillon à la fin, est en fait la main du réalisateur Milestone. Une suite, Le chemin du retour, a été réalisé en 1937.

Avec À l'Ouest, rien de nouveau Remarque devient le porte-parole d'une " génération détruite par la guerre, même si elle a peut-être échappé à ses obus ", comme il le dit lui-même. La défaite allemande a inspiré deux grands films de guerre de l'année 1930 - G.W. Pabst's Front de l'Ouest 1918, adapté d'un roman d'Ernest Johannsen et du film de Lewis Milestone d'après le roman de Remarque.

Milestone n'était pas satisfait du scénario original - il pensait que cela changeait le sens du livre, et il a engagé son ami Del Andrews et George Abbott, un metteur en scène, pour façonner le scénario final. Le producteur Carl Laemmle Junior et Milestone ont tous deux détesté la fin originale du livre, dans laquelle Paul Baumer meurt héroïquement. Karl Freund, le caméraman, a avancé l'idée de la main tendue vers le papillon.

Dans les années 1930, les livres de Remarque ont été interdits en Allemagne par le gouvernement. À l'Ouest, rien de nouveau faisait partie des œuvres destinées à être brûlées publiquement en 1933 par les nazis. Les magasins ont reçu l'ordre de cesser de vendre ses livres. La première du film a été perturbée par les gangs nazis Remarque a été accusé de pacifisme.

En 1938 Remarque a perdu sa citoyenneté. Il avait déménagé en Suisse en 1932 et en 1939, il a émigré aux États-Unis, où en 1947 il est devenu citoyen. Là, il se lie d'amitié avec des stars d'Hollywood, dont Paulette Goddard (1911-1990), qu'il épouse en 1958.

Remarque avait été marié deux fois auparavant, et à la même femme, Ilsa Jeanne Zamboul, en 1923 et à nouveau en 1938. Après la guerre Remarque s'est finalement réinstallé en Suisse. Il décède à Locarno, le 25 septembre 1970.

"Si les choses se passaient selon les avis de décès, l'homme serait absolument parfait. There you find only first-class fathers, immaculate husbands, model children, unselfish, self-sacrificing mothers, grandparents mourned by all, businessmen in contrast with whom Francis of Assisi would seem an infinite egoist, generals dripping with kindness, humane prosecuting attorneys, almost holy munitions makers - in short, the earth seems to have been populated by a horde of wingless angels without one's having been aware of it." (from The Black Obelisk, 1956)

Remarque's later works, depicting the political upheavals of Europe, did not achieve the critical acclaim of his first novel. However, his skill to create interesting characters and balancing between realistic and sentimental scenes made him a highly popular writer. Drei Kameraden (1937) received good reviews and was made into a film in 1938, directed by Frank Borzage.

The screenplay was written by Edward A. Paramore and F. Scott Fitzgerald. The final scene in which the two friends of the story are joined by their ghostly comrade is still touching. Several of Remarque's later novels dealt with people struggling under Nazi rule. Arch of Triumph (1946) told a story about a German refugee physician and an actress.

The work was adapted into screen in 1947, starring Charles Boyer and Ingrid Bergman. Spark of Life (1952) was a fictional documentary about life in Nazi concentration camps. The Black Obelisk (1956) was a tragi-comedy, in which Remarque explored the chaotic Germany of in the 1920s. Die Nacht Von Lissabon (1964), in which two refugees from Nazism flee in Portugal, and Schatten In Paradies, depicting refugees in the United Sates, were published posthumously in English in 1971.

Saturday, 22 August, 2009 Petri Liukkonen

3 British Officers were executed by courts martial during the war, as opposed to 316 Private soldiers and 24 Non-Commissioned Officers. The vast majority were for desertions.

- Did you know?


Plot summary

All Quiet on the Western Front tells the story of a group of young Germans who enlist in World War I after being captivated by slogans of patriotism and honour. It is narrated by the protagonist, Paul Baumer, who is 20 years old. The young men soon learn that the romanticized version of war that was described to them is nothing like the battlefields they encounter. The novel opens with the group having just been relieved from their position on the front lines. Kemmerich, one of Paul’s classmates, has suffered a wound in his thigh that resulted in amputation, and some of the soldiers go to visit him in St. Joseph’s hospital. They quickly realize that Kemmerich will die there, and Müller, another of the soldiers, asks Kemmerich for his boots, a moment that is discomforting but irreproachably logical. Paul visits Kemmerich again, alone, and during this visit Kemmerich dies Paul calls out for help, and a doctor refers him to an orderly. No one, however, provides any aid, because the staff is more concerned with preparing the soon-to-be-empty bed for a new patient. Kemmerich becomes the 17th soldier to die that day, and his body is quickly removed.

Paul and his friends, hungry and tired, are delighted when their friend Katczinsky (“Kat”) returns after a search for food with two loaves of bread and a bag of raw horsemeat. Kat, Paul explains, has always been uncannily resourceful. Paul also introduces the cruel drill sergeant Himmelstoss, a former postman with whom Paul and his friends are frequently in conflict. After spending some time relieved from the front line, their regiment is called up once again. When night comes, they fall asleep to the sound of exploding shells. When they awake, they hear sounds of an impending attack. Wails of wounded horses pierce the silence between explosions, and the gory sight of their injuries unsettles everybody deeply. Soon after, an attack is launched, and chaos ensues. Poison gas and shells infiltrate the group. When the fighting finally stops, the carnage is gruesome. The trenches are bombarded a number of times as the novel continues, until finally the soldiers are sent off-duty to take a break while they await reinforcements. Himmelstoss, who had recently made his first appearance in the trenches, makes efforts to get along better with the group. While bathing in a canal, Paul and some of his friends encounter three French girls, who they sneak out at night to meet. Paul then learns that he has been granted 17 days of leave. When he gets home, he learns that his mother has cancer. He feels disconnected from people he once felt close to, and he cannot understand the things that occupy their minds. He visits Kemmerich’s mother, who questions him about her son’s death. After a difficult conversation with his own mother, Paul wishes he had never come on leave, believing that he has changed far too much to live as he once did.

Paul next spends four weeks at a training camp before heading back to the front. Across from the base is a camp for Russian prisoners Paul witnesses and ruminates on how similar his enemies look to his neighbours. He eventually returns to his regiment. He and his friends are given new clothing in preparation for a visit from someone implied to be the German emperor William II, referred to in the novel as the Kaiser, who will be doing an inspection. After the Kaiser leaves, Paul becomes lost at night during battle and, while hiding in a shell hole during a bombardment, stabs a French soldier who falls in. He watches as the man dies, desperately trying to help him by giving him water and dressing the wound he inflicted. When the man dies, Paul is delusional with shame. He finds a picture of the man’s wife and child in his breast pocket along with letters. He waits in the hole with the dead man for hours upon hours, until he feels it is safe enough to return to his regiment’s trench.

When Paul returns, he, Kat, and six others are sent to guard a village, where they find lots of food to eat. They are later sent to another village to help evacuate civilians. During the evacuation, however, the French bombard the town, and Paul and his friend Albert Kropp are injured. Albert’s leg is amputated. Paul undergoes surgery and is sent back to the front lines. Paul’s friends begin to die one by one. Kat is hit while searching for food, and, afraid that he doesn’t have time to wait, Paul carries him to the dressing station. When they arrive, however, Kat has already died. Paul becomes the last of his seven classmates. The novel then shifts away from Paul’s first-person perspective and ends with an announcement that Paul has died. The army report issued on the day of his death stated only this: All quiet on the Western Front.


Erich Remarque

Erich Remarque (1898-1970) was a German veteran of World War I and a successful writer during the Weimar period. He is best known as the author of All Quiet on the Western Front.

Remarque was born Erich Remark in Osnabruck, north-western Germany, the son of a Catholic bookbinder. He later took the name of his mother as a middle name and adopted an earlier spelling of the family surname.

At age 14, Remarque followed his mother’s wishes and began studies at a local seminary, with the intention of becoming a Catholic primary teacher.

Remarque was conscripted into the Germany army in November 1916, shortly after his 18th birthday. After completing basic training, he was sent into battle in June 1917.

Remarque served barely a month on the Western Front before being severely wounded. He would not be ruled to return to duty until November 1918, by which point the war was almost over.

After the armistice, Remarque completed his training and began working as a substitute teacher. He also wrote artistic reviews for the local newspaper.

By the mid-1920s, Remarque had married and relocated to Berlin and was working as a journalist and picture editor for a sporting newspaper. It was here that he completed All Quiet on the Western Front. Initially rejected, it was published first in serialised form, then as a novel in 1929.

The publication of Remarque’s anti-war text brought him both fame and financial rewards. He was decried as a traitor by right-wing nationalists such as the National Socialists (NSDAP).

All Quiet on the Western Front was despised by the NSDAP, whose leaders believed it discredited the memory of German soldiers. On coming to power, the Nazis ordered his books to be burned as degenerate literature. They later guillotined Remarque’s sister, Elfriede.

In 1936 Remarque, by now living in Switzerland, penned Three Comrades, a novel set in the decadent and politically volatile environment of Weimar Germany. He continued to write until his death in 1970.

Informations sur les citations
Titre: “Erich Remarque”
Auteurs: Jennifer Llewellyn, Steve Thompson
Éditeur: Histoire de l'alpha
URL : https://alphahistory.com/weimarrepublic/erich-remarque/
Date publiée: October 7, 2019
Date d'accès : Date d'aujourd'hui
Droits d'auteur: Le contenu de cette page ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations sur l'utilisation, veuillez vous référer à nos Conditions d'utilisation.


Après la guerre

In his postwar novels, Remarque attempted to continue to expose Nazi crimes. As such, he was among the first and most prominent German writers to address Nazi mass murder, the concentration camp system, and the issue of the population's culpability in these crimes, in such works as Der Funke Leben (Spark of Life) et Zeit zu leben und Zeit zu sterben (published in English as A Time to Love and A Time to Die).

After the war, he also learned that his younger sister, Elfriede, had been arrested and tried before the Nazi People's Court for making anti-Nazi and “defeatist” remarks. Convicted, she was sentenced to death and beheaded on December 16, 1943. He dedicated Der Funke Leben (Spark of Life) to her memory. In an attempt to bring those who denounced her to justice, he hired Robert Kempner, one of the US prosecutors at the Nuremberg Trials of Nazi war criminals, to investigate this matter.

In 1948, Remarque returned to Switzerland as an American citizen. His works were once again published in Germany, although they frequently received negative criticism and were revised to edit out politically “unpalatable” passages. In 1958, he married American film star Paulette Goddard, with whom he remained until his death in 1970.


--> Remarque, Erich Maria, 1898-1970

Erich Maria Remarque (the pseudonym of Erich Paul Remark) was a German-born writer most famous for his 1929 work All Quiet on the Western Front (Im Westen nichts Neues), which describes the brutality of World War I from a young soldier's perspective. His literary works include both novels and plays several of his novels were made into films. Remarque was born in Osnabruck, Germany on June 22, 1898. As a young man, he served as a soldier in World War I and was wounded several times. His postwar works were controversial and were accused of being harmful to Germany's national pride in 1933 they were banned by the Nazis. Remarque's German citizenship was revoked in 1938. He took up residence in Porto Ronco, Switzerland and lived there until emigrating to the United States in 1939. Remarque and his wife Ilse Jutta Zambona became American citizens in 1947. After divorcing his first wife, Remarque married a former Hollywood actress, Paulette Goddard, in 1958. Remarque and Goddard returned to Switzerland and lived there until Remarque's death on September 25, 1970. Remarque is buried in Ronco cemetery in Ronco Ticino, Switzerland. The collection also includes a small assortment of material related to the career of Hans Habe (also known as Janos Bekessy), a journalist and publisher. Habe was born in 1911. Like Remarque, Habe was persecuted by the Nazi government and his books were banned. He went into exile in France and eventually emigrated to the United States, where he became a citizen. Following the war Habe returned to Germany and founded a chain of newspapers. In 1953, Habe moved to Ascona, Switzerland, where he was a neighbor of Erich Maria Remarque. He died in 1977.

From the description of Erich Maria Remarque papers, 1938-1973. (University at Albany). WorldCat record id: 83865456

From the description of Papers of Erich Maria Remarque, undated. (Inconnu). WorldCat record id: 79455708

Remarque had emigrated to the U.S. in 1939. He became a good friend of Alma Mahler and Franz Werfel after they moved to California and socialized with them often in California and New York between 1941 and 1945. In 1948 he moved to Switzerland.

From the description of Correspondence to Alma Mahler and Franz Werfel, 1941-1952. (University of Pennsylvania Library). WorldCat record id: 155865027

Erich Maria Remarque was a German-born novelist, generally more popular abroad. The unprecedented success of Im Westen nichts neues (translated as All quiet on the western front) established a pattern for Remarque's fiction --well-plotted adventures with an isolated hero, social commentary, autobiographical detail, each reflective of its own time and place.

From the description of Screenplays based on Erich Maria Remarque stories, ca. 1929-1947. (Pennsylvania State University Libraries). WorldCat record id: 50217898

Novelist Erich Maria Remarque was born on June 22, 1898 in Osnabrück, Germany. He spent his childhood in imperial Osnabrück, and later served in the German army in World War I on the Western Front. Remarque's books were burned and banned in Nazi Germany, and he lived in exile in Switzerland and the United States following the revocation of his German citizenship in 1938. Remarque married, divorced, and remarried Ilse Jutta Zambona. In 1958 he married American actress Paulette Goddard, and they remained married until his death.

Remarque is best known for his novel All Quiet On the Western Front, which was first published in 1929. His other published novels include The Road Back (1931), Three Comrades (1936, 38), Flotsam (1941), Arch of Triumph (1945), The Black Obelisk (1956), Heaven Has No Favorites (1961), and The Night in Lisbon (1962). Many of these works were adapted into films, often shortly after their publication. According to the Erich Maria Remarque-Peace Center, Remarque critically examined German history in his works, upholding "the preservation of human dignity and humanity in times of oppression, terror and war." Remarque died on September 25, 1970 in Locarno, Switzerland.

From the guide to the Erich Maria Remarque Papers Accretion, 1918-2000, (© 2012 Fales Library and Special Collections)


Voir la vidéo: Im Westen nichts Neues (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Daileass

    Wacker, il me semble une idée remarquable

  2. Danon

    Bien sûr, je m'excuse, mais cela ne me convient pas du tout. Qui d'autre peut aider?

  3. Mem

    Votre idée est très bonne

  4. Eugene

    Je trouve que vous n'avez pas raison. Je suis sûr. Nous discuterons. Écrivez dans PM, nous parlerons.



Écrire un message