Des articles

Melnik

Melnik



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Melnik est considérée comme la plus petite ville de Bulgarie, mais possède de nombreux bâtiments historiques, dont plusieurs datant de la période médiévale. Avec une histoire remontant à l'Antiquité, Melnik a été habitée par un certain nombre de peuples, des Bulgares aux Byzantins et aux Ottomans.

L'histoire de Melnik

Melnik est de loin la plus petite ville de Bulgarie - en fait, elle ne peut conserver son statut de ville incorporée que de manière quelque peu honorifique, en raison de l'histoire riche de la ville. En fait, près de 100 de ses bâtiments à peine plus que cela sont désignés monuments historiques.

Fondée il y a plus de 1 000 ans au IXe siècle, Melnik a changé de mains à de nombreuses reprises alors que la guerre a balayé l'Europe au cours des siècles, à différentes époques appartenant à l'Empire bulgare, à l'Empire ottoman, à la Bulgarie, à la Russie, puis à la Bulgarie à nouveau.

Les visiteurs ne tardent pas à remarquer le caractère pittoresque de la ville, avec ses petits cafés et son atmosphère d'antan qui transportent instantanément les touristes vers une terre que le temps a oubliée.

Melnik a développé une célèbre tradition viticole. Sir Winston Churchill aurait commandé 500 litres de vin bulgare Melnik chaque année avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Melnik est également célèbre pour le monastère médiéval de Rozhen. Le monastère se trouve à dix minutes de route de Melnik. Il y a des fresques bien conservées, des vitraux, des sculptures uniques et des bâtiments des nombreuses périodes historiques de la vie du monastère. L'Église orthodoxe bulgare et les nombreux monastères qu'elle a fondés sont toujours vénérés, même s'ils sont maintenant peu utilisés par les moines ou les fidèles. Dans toute la Bulgarie, les monastères ont joué un rôle crucial dans la préservation et la diffusion de l'alphabétisation, de la culture et de l'identité bulgares pendant cinq siècles de domination ottomane.

La ville est un parc architectural et toutes les maisons nouvellement construites doivent se conformer à l'architecture néo-bulgare. La maison la plus visitée est la Maison Kordopulov, un musée privé. En dessous, les ruines de l'église familiale Sainte-Barbe sont également un point d'intérêt.

Sur les 70 églises de la ville, seules 3 fonctionnent encore. L'une des plus importantes est l'église Saint-Antoine, la seule dédiée à ce saint en Bulgarie. Contrairement à la plupart des églises orthodoxes bulgares, les murs de celle-ci ne sont pas recouverts de scènes bibliques, mais de peintures plus tranquilles de fleurs et de plantes.

Melnik aujourd'hui

Aujourd'hui, l'histoire et l'architecture de Melnik attirent les touristes, qui viennent voir des sites tels que les ruines de l'église Saint-Nicolas du XIIIe siècle et la maison byzantine de la même période. Un autre aspect intéressant de Melnik sont ses pyramides Melnishki, essentiellement de grands monticules de sable qui se produisent naturellement dans la région.

Se rendre à Melnik

Melnik est à environ 2,5 heures de route au sud de Sofia. Il y a un bus régulier l'après-midi de Sofia à Melnik en passant par Sandanski. Il part de la gare routière de Sofia et dure environ quatre heures.


Melnik : histoire riche, pyramides à couper le souffle et grands vins

Melnik, Bulgarie est célèbre pour son phénomène naturel – le grès Pyramides de Melnik – ainsi que son délicieux Vins Melnik.

Comme d'autres sites touristiques, le la ville la plus petite et la plus chaude de Bulgarie voit sa part de visiteurs. Malheureusement, ils ne font que se promener dans les sites célèbres sans jamais s'éloigner de la rue principale.

Mais même dans la plus petite des villes, il y a des secrets seuls les locaux savoir a propos. Et à moins que quelqu'un qui connaît l'endroit comme sa poche ne vous guide, il n'y a aucune chance que vous voyiez tout ce que Melnik a à offrir.

J'ai eu la chance d'être montré autour de Melnik, en Bulgarie, par ses gentils habitants. Voici les histoires qu'ils ont partagées sur la région histoire fascinante, vues à couper le souffle, et vins délicieux.

La ville de Melnik, entourée des célèbres pyramides de grès de Melnik


Les pyramides de Melnik – une merveille naturelle

Près de Melnik, qui est la plus petite ville de Bulgarie, se trouvent les pyramides de Melnik, l'une des attractions naturelles les plus intéressantes de Bulgarie. Ce sont des formations rocheuses dispersées sur une superficie de 50 kilomètres carrés. Les pyramides de Melnik ont ​​été déclarées monument naturel en 1960. Elles sont divisées en trois groupes : les pyramides de Melnik, Karlanovo et Rozhen.

Ces formations naturelles uniques attirent des touristes du monde entier. On pense que le calcaire dont ils sont composés est le résultat de l'érosion, et ces forces continuent d'altérer leur forme.

Ces rochers fantastiquement sculptés ont pris les formes et les détails les plus variés, ressemblant à des champignons de pierre, des meules de foin, des minarets, des crêtes et des pics alpins, des épées, des obélisques, des pyramides égyptiennes, des cathédrales gothiques, etc.

Les pyramides situées à proximité de Karlanovo, dans la région de Blagoevgrad, présentent un intérêt particulier. Ces obélisques mesurent 100 mètres de haut, avec des falaises abruptes et inattaquables recouvertes de touffes d'herbe.

Au sud du village de Rozhen, il y a de grands et petits champignons de pierre qui attirent également les touristes.

Pour en savoir plus sur les pyramides, veuillez contacter le centre d'information touristique de Melnik.


Melnik - Histoire

Comme c'est le cas dans la plupart des villes entrer et sortir d'une ville peut parfois être compliqué alors nous avons décidé de prendre un train de Prague à Melnik, à environ trente cinq kilomètres au nord.

Agent de train passant l'un de nos vélos à l'arrivée à Melnik.

De nombreuses stations country n'ont pas de plates-formes construites, une manipulation homme/femme est donc nécessaire. Je suis content que nous ne voyagions pas avec des vélos de grande taille.

Dans des stations comme Melnik les déplacements sur les quais peuvent être un peu précaires car il n'y a pas de passerelles ou de tunnels pour piétons sous ou au-dessus des lignes.

Bev fait une traversée rapide.

Quand j'ai croisé, je me suis arrêté sur la ligne pour une photo et le préposé de la gare m'a crié de continuer à avancer et de descendre de la ligne car il y avait un train qui attendait de partir.

Embarquer de gros vélos est une sacrée affaire.

Melnik C'est là que convergent la rivière Vltava (la Moldau en allemand), qui traverse Prague et l'Elbe (le plus grand fleuve de la République tchèque). La ville est située en hauteur surplombant le point de convergence et, d'après notre lecture, cela semblait être un bon endroit pour commencer notre voyage à vélo sur l'Elbe.

Le point de convergence. Les trois voies navigables ici (de gauche à droite) sont l'Elbe, la Vltava et le canal de dérivation de l'écluse Horin. Photographie prise du clocher de l'église St Pierre et Paul.

La route entre le vignoble et les arbres qui bordent l'Elbe (au premier plan) sont fermés à la circulation et constituent une piste cyclable dédiée.

Vue de la place principale de Melnik depuis le clocher de l'église St P & P.

Hôtel Jaro (centre de la photo) où nous avons séjourné trois nuits.

Pendant notre séjour à Melnik de nombreux cyclistes sont passés et certains sont restés. Rouler le long de l'Elbe est une sortie très populaire.

Quelques-uns des nombreux cyclistes sur l'Elbe.

De nos observations cavaliers tels que ce groupe ont uniquement l'intention de se rendre de A à B dans les plus brefs délais. Ils s'accrochent comme un essaim d'abeilles et filent comme des essaims dans Miniscule, la série télévisée d'animation française.

À ce jour, nous n'avons pas vu d'accidents et ce n'est pas à cause des vêtements de créateurs colorés que portent les coureurs, c'est simplement parce que tout le monde est super conscient et prudent. Vous ne supposez jamais qu'il n'y a pas un autre cycliste sur le point de vous dépasser.

De nombreux hôteliers à la recherche de la coutume des cyclistes placez cette pancarte sur la façade de leurs établissements. Je ne pense pas qu'ils accordent des réductions aux cyclistes, tout ce que vous obtenez est un endroit sûr pour ranger votre vélo. Lorsque nous sommes arrivés à Melnik pour la première fois, nous pensions qu'un jour dans la région serait assez long, mais dès que nous sommes sortis explorer, nous savions que cela prendrait plus d'une journée pour voir la région. Nous sommes finalement restés trois jours.

Notre première expédition hors de la ville était de chevaucher jusqu'à l'écluse du canal Horin. L'écluse a été construite en 1905 et elle est toujours opérationnelle. Un certain nombre de péniches et de petites embarcations de plaisance ont traversé l'écluse pendant notre séjour.

Péniches et petits bateaux sortir et entrer par les arches. La différence de niveau d'eau en amont et en aval était d'environ quatre mètres.

(1). Le bateau arrive à la porte 1 Baie 1 (a). (2). La porte 2 est alors fermée.

(3). L'eau en amont de la porte 1 est déversée dans la baie 2 et lorsqu'elle est au même niveau que dans la baie 1 (niveau de la rivière en amont), la porte 1 est ouverte et le bateau avance dans la baie 2. (4). Lorsque le bateau est en sécurité dans la baie 2, la porte 1 est fermée et l'eau est libérée de la baie 2 dans la baie 3.

(5). L'eau de la baie 2 est déversée dans la baie 3 jusqu'à ce qu'elle tombe au même niveau que celle de la baie 3 (niveau en aval de la rivière), puis la porte 2 est ouverte et le bateau navigue en aval.

Un regard à l'intérieur de l'un des livres.

Un ensemble complet de serrures Je connais les écluses de Caen Hill sur le canal Kennet et Avon près de Devizes en Angleterre. Il y a vingt-neuf écluses là-bas et elles ont une montée (ou une descente selon la direction dans laquelle vous vous dirigez) de 72 mètres sur 3,2 kilomètres, une pente de 1:44.

Noter: Sur les croquis précédents, j'ai appelé les enclos à l'intérieur de l'écluse « baies ». Ceci est incorrect car ils sont officiellement connus sous le nom de « livres ».

Bev traversant d'un côté du canal à l'autre sur l'écluse.

Au point où le canal Horin se jette dans l'Elbe.

L'église d'en haut est l'église de St Peter & Paul et est classé comme Renaissance avec une coupole baroque à bulbe.

Au retour de l'écluse nous sommes entrés dans le village de Horin et là nous avons trouvé un cimetière inhabituel. Le bâtiment au milieu du cimetière était historiquement dramatique. Il en disait long mais malheureusement je n'ai pas pu interpréter ce qu'il disait. Était-ce une église ou un tombeau familial ? Pourquoi était-il si négligé et, surtout, qu'y avait-il à l'intérieur ?

Le bâtiment central du cimetière Horin. C'est frustrant de ne pas connaître son histoire.

Un exemple d'histoire qui parle mais qui ne me disait pas qui a volé les croix de bronze.

Il y avait une trentaine de tombes avec leurs croix de bronze manquantes.

Paratonnerre en cuivre volé.

Une des choses qui a impressionné moi dans le cimetière étaient les monuments funéraires complexes en fonte. Ayant été impliqué dans le travail de fonderie, je sais combien de temps et de compétences étaient nécessaires pour produire de telles pièces.

Le premier Jésus « argenté givré » que j'ai vu.

Le givre d'argent est une peinture émail résistante qui était une peinture courante utilisée dans les années 1950/60 à Sydney. Si ma mère pouvait mettre la main sur une boîte, elle « tartinerait » (peindrait) tout, comme les robinets, les tuyaux dépassant des murs, les clôtures métalliques et les pots en métal pour plantes en pot.

Un mauvais substitut pour une scène de crucifixion en fonte, Jésus a été découpé dans de la tôle. Les clous à travers ses mains étaient des vis technologiques modernes avec des rondelles carrées en tôle striée en aluminium.

Peut-être que ce couple a vu qui a volé les croix et qui a brandi le pinceau de givre argenté.

A présent, vous en avez probablement assez des symboles de la mort, mais il y a une caractéristique de Melnik que vous devez voir et c'est le charnier de l'église Saint-Pierre-et-Paul. Dans le charnier sont entreposés les ossements de 10 000 à 12 000 personnes de sexe et d'âge mélangés. Beaucoup sont morts de la peste.

La peste ou la peste noire a été l'une des pandémies les plus dévastatrices de l'histoire de l'humanité, entraînant la mort de 75 à 200 millions de personnes. Elle atteint son apogée dans les années 1346-1353.

Le mémorial dans l'ossuaire de l'église Saint-Pierre-et-Paul.

Il n'y a pas de meilleur endroit pour apprécier la nature éphémère de la vie et la réalité de la vie que dans l'ossuaire de l'église Saint-Pierre-et-Paul.

Ce que tu es, nous l'étions autrefois. Ce que nous sommes, vous le serez.

Le charnier était entré par la porte noire, celle avec la notice dessus.

Vue vers le bas du clocher de l'église St P & P. Très beau travail de plateau.

Le clocher de l'église St Pierre et Paul que nous avons gravi. Dans le toit au premier plan se trouvent trois lucarnes très agréables à regarder.

La couleur verte sur le dôme d'oignon est causée par l'altération du cuivre. L'oxyde appelé Verdigris est une patine naturelle et a été largement utilisé comme pigment de peinture. Le pigment était fabriqué en suspendant des plaques de cuivre sur du vinaigre chaud dans un récipient scellé jusqu'à ce qu'une croûte se forme sur les plaques. Au XVIII e siècle, il était fabriqué dans des caves familiales où des plaques de cuivre étaient placées dans des pots remplis de vin distillé. Le vert-de-gris est un fongicide très efficace et un exemple quotidien est montré sur la photo suivante.

Le solin (joint d'étanchéité) autour de la lucarne est en tôle de cuivre et le vert-de-gris qui en découle lave le toit en tuiles, tuant très efficacement les lichens et les mousses.

Vue nord depuis le clocher. Le coin supérieur gauche de l'Elbe et le château de Melnik de l'époque Renaissance au premier plan. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les forces allemandes ont occupé le château.

Porte à l'intérieur des murs du château de Melnik.

L'inscription à la craie, + C + M + B. 2014 est une bénédiction et peut représenter soit Chrictus Mansionem Benedicat qui signifie que le Christ bénit cette maison, soit Caspar : Melchior : Balthazar qui étaient les noms des trois sages qui ont apporté des cadeaux à l'enfant Jésus. Depuis avant le Moyen Âge, les catholiques bénissaient leurs maisons en inscrivant les initiales des trois sages à la craie bénie. Au-dessus de la porte dérobée de notre maison sculptée dans le linteau se trouve le KMB et on m'a dit que si jamais nous continuions, nous devrions l'emporter avec nous. Comment nous avons réussi à obtenir le KMB à notre porte est une histoire pour une autre fois.

À l'intérieur du café du château. Si vous êtes un minimaliste, ce style de mobilier serait considéré comme révoltant.

L'une des trois cheminées très ornées du château de Melnik.

Les trois cheminées ont été peintes pour créer une illusion d'optique similaire au bâtiment montré dans le post de Prague Part 1.

Pas tous les bâtiments dans la région de Melnik sont en bon état, le château Horin en est un exemple. Le propriétaire du château ci-dessus a un certain nombre de bâtiments de ce type à son nom et il n'est pas possible de les entretenir tous, ils sont donc en l'état.

En regardant l'Elbe et un bateau de tourisme amarré pour la nuit.

Le prochain article racontera des histoires sur nos expériences de conduite de Melnik à Decin. Nous espérons que vous resterez avec nous alors que nous serpentons sur la piste cyclable vers une autre destination inexplorée.

LA MEILLEURE AVENTURE QUE VOUS AUREZ

JAMAIS AVOIR C'EST CELUI QUE VOUS ALLEZ AVOIR LE PROCHAIN.


Culture & Histoire

Vous pouvez voyager dans l'histoire en visitant la ville antique de Sandanski (située au centre de la ville moderne) qui a été déclarée monument archéologique et culturel d'importance nationale. Vous pouvez choisir de plonger dans la religion et de passer la journée au monastère de Rozhen - le plus grand monastère orthodoxe des montagnes de Pirin, puis de faire un tour des églises de Melnik. Ou si vous aimez plutôt le mysticisme et les phénomènes surnaturels, visitez Rupite ou l'église du révérend Stoina.

Melnik

Melnik est situé à seulement 5 km du domaine familial Zornitza - la plus petite ville de Bulgarie, célèbre pour son architecture unique, ses rues pavées sinueuses et son vin doux aux fruits de la vigne Melnik à larges feuilles. Les maisons les plus populaires sont la maison Kordopulova, la maison Pashova, la maison Litova, la maison Bolyarska (également la plus ancienne maison debout de Bulgarie).

Monastère de Rozhen

D'un point de vue culturel et historique, le site le plus remarquable de la région de Melnik est le monastère de la Nativité de la Vierge Marie à Rozhen. C'est le plus grand monastère orthodoxe des montagnes du Pirin et un centre spirituel centenaire. L'icône du monastère de Rozhen est une réplique de la célèbre icône miraculeuse Panagia Portaitissa du monastère d'Iveron sur le mont Athos.

Zlatolist

Des miracles et des pouvoirs métaphysiques règnent également sur le village de Zlatolist, où le prophète révérend Stoyna guérissait et prévoyait l'avenir, grâce à son patron Saint-Georges, d'après qui le monastère du village porte le nom.

Rupite

L'une des visites les plus populaires vous mènera à Rupite, où l'une des Bulgares les plus célèbres a passé ses derniers jours - Baba (grand-mère) Vanga. La région se trouve à 15 minutes en voiture du domaine familial Zornitza. Le complexe autour de sa maison, l'église St. Petka Bulgarska et le parc parfaitement entretenu présentent tous une forte attraction pour les touristes bulgares et étrangers.

Sandanski

Des tableaux de faits d'art sont également organisés dans la ville de Sandanski - dans le musée historique et sur des sites extérieurs, au centre de la ville. La ville est également célèbre pour ses sources d'eau minérale, son air pur, son climat doux et son magnifique parc, à seulement 15 minutes du domaine familial Zornitza.

Monastère Churilovski

Ograjden n'est pas qu'une autre montagne. En conduisant de Petrich vers la frontière macédonienne, vous aurez les montagnes de Belasitsa sur votre gauche - recouvertes d'un épais manteau de forêts, luxuriantes et douces, parsemées de petits villages occasionnels. Ograjden sera sur votre droite – sombre et accidenté, en quelque sorte sauvage et silencieux. Mais il vous appelle toujours à le découvrir, ne serait-ce qu'un peu – autant qu'il vous le permettra.
À la fin de l'été, nous décidons de visiter l'un des symboles de la montagne - le monastère Saint-Georges (Sveti Georgi), également connu sous le nom de Churilovski, Igumenski (Abbé), Ograjdenski et souvent - Dyavolski (Diable). Nous savons par nos amis du village de Borovichene que le monastère est situé au dessus du village de Gega, qu'il n'ouvre ses portes que pour les grandes fêtes et que le prêtre qui l'ouvre vient du village voisin à dos de mulet.
Le lieu saint est également accessible en voiture, de préférence un SUV, ou vous pouvez vous garer sur la route principale et marcher environ un kilomètre. Les vues sont magnifiques de tous côtés, mais aucun son ne se fait entendre. Le premier robinet d'eau de source se trouve quelques mètres avant l'entrée, le second - quelques mètres à l'intérieur, et nous en avons découvert deux autres en se promenant dans la cour. Cet endroit ne manque certainement pas d'eau. Et les démons – plus que ce que vous êtes susceptible de voir dans dix églises réunies. Tout le narthex a été peint avec des scènes de la fin du monde, des démons se cachent partout (d'où le nom du monastère).
Il y a des images de moralité sur diverses occupations - le meunier menteur a une meule accrochée au cou, le berger a un mouton, le tailleur - s'il a volé les tissus des gens, a une énorme paire de ciseaux, etc. des coupe-cheveux. Les images sont réalisées dans des couleurs vives, assez récemment rafraîchies, pour rehausser l'effet. L'endroit dans son ensemble a l'air bien entretenu et rénové. Outre l'église, qui est fermée à clé, la cour abrite également un imposant clocher fraîchement blanchi à la chaux et un bâtiment restauré avec une véranda et une vigne en treillis, lourde de raisins, devant elle. Sans personne à qui demander, nous avons visité les panneaux d'information et les sites Web pour essayer d'en savoir plus sur l'endroit. Ainsi, nous apprenons que le monastère a été initialement érigé au 14ème siècle, a été démoli lors de l'invasion ottomane, puis restauré en 1858. L'autorisation pour cela a été accordée par le sultan Abdul Majid et le firman qu'il a émis est toujours conservé à ce jour. Le monastère dirigeait également une petite école pour les enfants des villages voisins – vraisemblablement dans le bâtiment avec la véranda et la vigne. Le premier enseignant était Stoyan Gulubov – les habitants l'ont payé pour qu'il se rende jusqu'à Constantinople, pour obtenir une éducation de qualité et la transmettre ensuite à ses élèves bulgares. Nous essayons de comprendre comment les enfants ont réussi à se frayer un chemin jusqu'ici, surtout en hiver, avant de rentrer. Une minute plus tard, il y a ce chien qui vient vers nous – la première âme vivante depuis environ une heure. Il est suivi d'un mulet portant des sacoches et d'un homme âgé. Oui, il s'agit bien de grand-père Kiril, dont nous avions entendu parler mais n'avions pas espéré avoir la chance de nous rencontrer. Nous rentrons avec lui, bien sûr, il nous laisse déverrouiller l'église – de bon augure, dit-il, et nous nous préparons à écouter. Debout devant nous se trouve un homme droit, qui ne ressemble en rien à ses 83 ans, un pantalon noir avec un pli, une chemise élégante et une barbe artistique impeccablement taillée. « Je m'occupe du monastère depuis 53 ans, ainsi que de l'église du village de Dolene (également à Ograjden). Quand j'étais plus jeune, je faisais mes tournées à pied ou à moto, mais je suis sur cette mule depuis un bon bout de temps maintenant », raconte grand-père Kiril. Il a aussi une grand-mère, de sept ans son cadet, et deux enfants. Vit dans le village de Kukurahtsevo, à 3 km du monastère, qui était jusqu'en 1947 l'un des 12 quartiers de l'ancien village groupé d'Igumenets. « Kukurahtsevo a été fondée peu après la chute de la Bulgarie sous la domination ottomane par deux frères – Palano et Stoyan, fugitifs de la ville de Kukush, maintenant en Grèce. Fuyant les Turcs, les frères s'installèrent à Ograjden et se partagèrent la terre – l'un resta dans le village actuel de Churilovo, l'autre se rendit à Kukurahtsevo. Le monastère est entre les deux villages.
Nous sommes impressionnés par la clarté de pensée du prêtre, son vocabulaire riche et son esprit vif. Il s'avère que c'est exactement là qu'il a fait ses études - à l'école du monastère, où il a étudié de 1944 à 1947. Ils avaient l'habitude d'apporter un sac avec du pain, un autre sac avec un abécédaire et un cahier, et en hiver - un morceau de bois de chauffage aussi.
« La foi cherche à apprendre, et d'où vient la liberté - l'école a vu le jour 20 ans après l'ouverture du monastère. Il y avait de la discipline, du respect pour le professeur, une soif de savoir…’
Le père Kiril se déplace dans un passé plus proche et se souvient comment les artisans peintres locaux de Petrich ont restauré les peintures murales en 1979 à l'aide de peintures spéciales. Il pointe du doigt le mûrier turc dans la cour, qui a été spécialement importé d'Asie et qui est censé aider à lutter contre diverses maladies. Il nous parle de l'abondance de l'eau bénite du monastère, apportée ici en 1966 d'une source distante d'environ 1000 m, qui avait été bénie par l'évêque.
Je jette un coup d'œil furtif sur l'arche peinte par le diable, puis je regarde en arrière le père à la langue d'argent avec un air d'ange, et il me vient à l'esprit qu'on a toujours le choix de son regard.


L'histoire du légendaire samouraï noir

Publié le 29 avril 2020 16:03:33

Le samouraï noir, bien qu'il sonne comme un nom qui serait plus à l'aise dans un film ou une bande dessinée que dans le monde réel, est un véritable surnom donné à un homme mystérieux du Japon féodal, autrement connu sous le nom de Yasuke.

Le rang de samouraï était, bien sûr, considéré comme l'un des plus prestigieux et il comportait un certain nombre d'avantages, notamment un salaire, des terres, une allocation de riz, des serviteurs et la possibilité de tuer les roturiers qui les offensaient sans conséquence. En ce qui concerne ce dernier, kiri-sute gomen (littéralement : autorisation de couper et de partir) était un droit accordé aux samouraïs qui leur permettait de tuer n'importe qui d'un rang inférieur (même d'autres samouraïs de rang inférieur) pour tout affront perçu contre leur honneur. Bien que cela ait peu à voir avec l'histoire de Yasuke, nous ne pouvions pas ne pas mentionner le fait que les samouraïs avaient la capacité de tuer des gens sans conséquence, tant qu'un ensemble donné de restrictions était respecté, comme les médecins et les sages-femmes étaient exemptés. dans une certaine mesure, que le coup devait venir directement après l'affront et pas plus tard, un témoin de l'offense était requis pour la preuve qu'une offense avait bien été faite, etc. etc. tenir ce déshonneur devant un témoin était un excellent moyen de mettre fin à ses jours.

Compte tenu de la position très appréciée des samouraïs, c'était rarement un honneur accordé aux étrangers et, en tant que tel, il existe moins d'une douzaine d'exemples confirmés d'une personne en dehors du Japon féodal autorisée à s'appeler samouraï. Parmi ce groupe restreint d'étrangers, Yasuke se démarque non seulement parce qu'il a été supposé avoir été le premier, mais aussi parce qu'il était le seul à être noir.

On sait peu de choses sur le passé de Yasuke, si peu en fait que nous ne savons ni où il est né ni son nom d'origine. Il est généralement convenu que Yasuke était originaire de quelque part en Afrique, bien que la région exacte n'ait jamais été établie de manière concluante, le Mozambique étant le plus mentionné dans les récits de sa vie. C'est grâce au Histoire Ecclésiastique Des Isles Et Royaumes Du Japon écrit en 1627 par un certain François Solier où il prétend que Yasuke était originaire de cette région. Cependant, on ne sait pas quelle était sa propre source pour cette information et il l'a écrite près d'un demi-siècle après la dernière preuve directe connue de Yasuke.

Quoi qu'il en soit, que l'on croyait à l'origine avoir été un esclave capturé dans les années 1570 par les Portugais, Yasuke a été acheté par et est devenu le serviteur d'un jésuite et missionnaire italien appelé Alessandro Valignano. Valignano était célèbre pour son insistance à ce que les missionnaires au Japon maîtrisent la langue, nécessitant deux années complètes d'études en japonais, ce qui a aidé son groupe à se démarquer et à avoir plus de succès que les autres. Quant à Yasuke, il voyagea avec et servit Valignano pendant plusieurs années jusqu'à ce que le couple fasse escale au Japon vers 1579.

À son arrivée au Japon, comme on pouvait s'y attendre, Yasuke est immédiatement devenu un sujet d'intrigue et de curiosité, à la fois en raison de sa peau apparemment extrêmement foncée et de sa stature intimidante. Diversement décrit comme mesurant entre 6 pieds 2 pouces et 6 pieds 5 pouces, Yasuke dominait la population japonaise de l'époque, les hommes ne mesurant en moyenne qu'environ 5 pieds à l'époque. Au-delà de sa taille, on dit qu'il possédait un physique puissant et ciselé. Selon la légende, la présence même de Yasuke a inspiré à la fois la terreur et la curiosité chez les habitants à tel point que plusieurs personnes auraient été écrasées à mort pour tenter de se frayer un chemin à travers une grande foule qui s'était rassemblée pour le voir. D'autres histoires racontent que des gens ont enfoncé les portes des endroits où Yasuke séjournait juste pour avoir un aperçu.

Que tout cela soit vrai ou non, en 1581, alors qu'il visitait la capitale du Japon, Yasuke a attiré l'attention d'un homme considéré comme l'un des responsables ultimes de l'unification du Japon, le célèbre seigneur de guerre japonais Oda Nobunaga. Nobunaga a apparemment insisté pour rencontrer le mystérieux étranger à la peau sombre qui causait une telle agitation dans sa ville. Après avoir rencontré Yasuke, selon un récit du jésuite Luis Frois, Nobunaga a apparemment ordonné à Yaskue d'être grossièrement frotté avec des brosses pour prouver que sa peau foncée était réelle et non artificiellement faite avec de la cendre, du charbon de bois ou autre.

C'est de cette première rencontre que vient l'un des seuls récits connus de l'apparition de Yasuke, avec cette rencontre fatidique documentée dans le Chronique du Seigneur Nobunaga:

Vraisemblablement grâce au fait que Valignano a demandé aux missionnaires au Japon d'apprendre le japonais, il semble qu'à ce stade, il l'ait également demandé à Yasuke, car Nobunaga aurait beaucoup aimé converser avec Yasuke et était intrigué d'en savoir plus sur son pays natal. Il a fini par tellement aimer Yasuke qu'il l'a finalement pris comme sien, ou plutôt officiellement, Valignano l'a offert au seigneur de guerre.

Nobunaga, qui était connu pour son penchant pour les autres cultures, ce qui explique en partie pourquoi il autorisait les missionnaires chrétiens à opérer dans la région, a donné à son nouveau confident le nom de Yasuke. Bien que techniquement toujours un esclave dans le sens où il devait servir Nobunaga, Yasuke a rapidement gagné en stature aux yeux de Nobunaga, Yasuke ayant finalement reçu une maison, un salaire et ses propres serviteurs. Au cours de son ascension, il a apparemment servi de porteur d'armes et de garde du corps à Nobunaga et était par ailleurs apparemment traité comme un égal par ses pairs. Yasuke a également finalement reçu un katana de Nobunaga, lui conférant apparemment le titre de samouraï car seuls les samouraïs étaient autorisés à porter une telle arme à l'époque. Il convient également de noter qu'il portait l'armure traditionnelle du samouraï au combat. Yasuke avait également l'honneur extrême et fréquent de dîner avec Nobunaga, ce que peu d'autres étaient autorisés à faire.

Le temps de Yasuke avec Nobunaga a été écourté, cependant, lorsque le seigneur de guerre a été trahi par l'un de ses généraux, Akechi Mitsuhide, un an plus tard en 1582. En un mot, Nobunaga était au temple Honnō-ji à Kyoto, emportant avec lui seulement un contingent de 30 pages et gardes. Pour des raisons inconnues, bien que peut-être juste une simple prise de pouvoir, Mitsuhide a choisi de trahir Nobunaga à ce stade, en entourant le temple et en attaquant. Yasuke est connu pour avoir été là et avoir combattu aux côtés de Nobunaga, mais finalement, lorsque la défaite était imminente alors que le temple brûlait autour d'eux, Nobunaga a choisi de se suicider rituellement plutôt que d'être capturé.

La légende raconte, que ce soit vrai ou non, que l'un des derniers actes de Nobunaga fut d'ordonner à Yasuke de porter la tête et l'épée de Nobunaga à son fils et héritier, Oda Nobutada.

Qu'il l'ait fait ou non, on sait que Yasuke a réussi à s'échapper et a rejoint Nobutada qui était lui-même attaqué à l'époque par un contingent distinct de soldats de Mitsuhide au château voisin de Nijō.

Le fils de Nobunaga a finalement été vaincu, s'est suicidé rituellement et Yasuke a été capturé par les hommes de Mitsuhide. Apparemment ne sachant pas quoi faire avec le samouraï étranger, ou même s'ils devraient le considérer comme un vrai samouraï ou non malgré le fait qu'il brandissait l'épée et portait l'armure traditionnelle, ils ont choisi de ne pas le tuer et ont plutôt laissé Mitsuhide leur dire ce à faire.

En fin de compte, bien qu'il y ait une certaine controverse, il semblerait que Mitsuhide ait décidé de déshonorer Yasuke en ne lui permettant pas de commettre un suicide rituel et l'a plutôt renvoyé chez les jésuites. Que Mitsuhide ait fait cela par pitié ou par mépris pour Yasuke est un sujet de discorde, bien qu'il soit à noter qu'il y avait peu de racisme envers les Noirs au Japon à l'époque parce que si peu de Noirs ont visité le pays de toute façon.

À partir de là, aussi improbable que cela puisse paraître, Yasuke, le géant noir parlant japonais, maintenant ronin, samouraï qui aurait causé des foules écrasantes partout où il allait, a disparu de l'histoire, même dans les propres récits des jésuites. Cela a conduit certains à spéculer qu'il n'était pas resté avec les jésuites et même à penser que, si devenir samouraï ne suffisait pas, il serait devenu pirate après cela, ce qui signifie que son surnom aurait pu potentiellement être non seulement le samouraï noir, mais le nec plus ultra des surnoms durs à cuire – le samouraï pirate noir, bien qu'il n'y ait malheureusement aucune preuve tangible qu'il soit devenu un pirate.

Cet article a été initialement publié sur Today I Found Out. Suivez @TodayIFoundOut sur Twitter.


Angelokastro est un château byzantin sur l'île de Corfou. Il est situé au sommet du plus haut sommet du littoral de l'île sur la côte nord-ouest près de Palaiokastritsa et construit sur un terrain particulièrement escarpé et rocheux. Il se dresse à 305 m sur une falaise abrupte au-dessus de la mer et surplombe la ville de Corfou et les montagnes de la Grèce continentale au sud-est et une vaste zone de Corfou vers le nord-est et le nord-ouest.

Angelokastro est l'un des complexes fortifiés les plus importants de Corfou. C'était une acropole qui surveillait la région jusqu'au sud de l'Adriatique et offrait un formidable point de vue stratégique à l'occupant du château.

Angelokastro formed a defensive triangle with the castles of Gardiki and Kassiopi, which covered Corfu"s defences to the south, northwest and northeast.

The castle never fell, despite frequent sieges and attempts at conquering it through the centuries, and played a decisive role in defending the island against pirate incursions and during three sieges of Corfu by the Ottomans, significantly contributing to their defeat.

During invasions it helped shelter the local peasant population. The villagers also fought against the invaders playing an active role in the defence of the castle.

The exact period of the building of the castle is not known, but it has often been attributed to the reigns of Michael I Komnenos and his son Michael II Komnenos. The first documentary evidence for the fortress dates to 1272, when Giordano di San Felice took possession of it for Charles of Anjou, who had seized Corfu from Manfred, King of Sicily in 1267.

From 1387 to the end of the 16th century, Angelokastro was the official capital of Corfu and the seat of the Provveditore Generale del Levante, governor of the Ionian islands and commander of the Venetian fleet, which was stationed in Corfu.

The governor of the castle (the castellan) was normally appointed by the City council of Corfu and was chosen amongst the noblemen of the island.

Angelokastro is considered one of the most imposing architectural remains in the Ionian Islands.


Politics [ edit | modifier la source]

Czech state president of the Protectorate, dr. Emil Hácha (sitting), listening to a speech of Reichsprotektor Kurt Daluege next to SS and Police General Karl Hermann Frank in Prague, September 1942.

Standard of the Reich Protector.

Standard of the State President.

After the establishment of the Protectorate all political parties were outlawed, with the exception of the National Union (Národní souručenství). This local Czech Fascist party was led by a ruling Presidium until 1942, after which a Vůdce (Leader) for the party was appointed.

German government [ edit | modifier la source]

Ultimate authority within the Protectorate was held by the Reich Protector (Reichsprotektor), the area's senior Nazi administrator, whose task it was to represent the "interests" of the German state. The office and title were held by a variety of persons during the Protectorate's existence. In succession these were:

Konstantin von Neurath, former Foreign Minister of Nazi Germany, Minister without Portfolio until 1943. He was removed from office after Hitler's dissatisfaction with his "soft policies" in 1941, although he still held the title until his official resignation in 1943.

Reinhard Heydrich, chief of the SS-Reichssicherheitshauptamt (Reich Main Security Office) or RSHA. He was officially only a deputy to Neurath, but in reality was granted supreme authority over the entire state apparatus of the Protectorate.

Kurt Daluege, Chief of the Ordnungspolizei (Order Police) or Orpo, in the Interior Ministry, who was also officially a deputy Reich Protector.

Wilhelm Frick, former Minister of the Interior.

Next to the Reich Protector there was also a political office of State Secretary (from 1943 known as the State Minister to the Reich Protector) who handled most of the internal security. From 1939 to 1945 this person was Karl Hermann Frank the senior SS and Police Leader in the Protectorate. A "paper command" of the Allgemeine-SS, with no operational authority, was also established known as the SS-Oberabschnitt Böhmen-Mähren.

Czech government [ edit | modifier la source]

Uniform of the army of the Protectorate (Vládní vojsko)

The Czech State President (Státní Prezident) under the period of German rule from 1939 to 1945 was Emil Hácha (1872–1945), who had been the President of the Second Czechoslovak Republic since November 1938. Rudolf Beran (1887–1954) initially still held the office of Minister President (Předseda vlády) after the German take-over. He was soon replaced by Alois Eliáš on 27 April 1939, who was himself also sacked on 2 October 1941 not long after the appointment of Reinhard Heydrich as the new Reich Protector. Because of his contacts with the Czechoslovak Government-in-Exile Eliáš was sentenced to death, with the execution carried out on 19 June 1942 shortly after Heydrich's own death. From 19 January 1942 the government was led by Jaroslav Krejčí, and from January to May 1945 by Richard Bienert, the former police chief of Prague. When the official dissolution of the Protectorate was proclaimed after the Liberation of Prague a radio call was issued for Bienert's arrest. This resulted in his conviction to a three-year prison term in 1947, during which he died in 1949.

Aside from the Office of the Minister President, the local Czech government in the Protectorate consisted of the Ministries of Education, Finance, Justice, Trade, the Interior, Agriculture, and Public Labour. The area's foreign policy and military defence were under the exclusive control of the German government. The former foreign minister of Czechoslovakia František Chvalkovský became a Minister without Portfolio and permanent representative of the Czech administration in Berlin.

The most prominent Czech politicians in the Protectorate included:

    (1890–1942), a former Czechoslovak General who was executed for his secret contacts with the Czechoslovak Government-in-Exile in 1942 Prime Minister from 1939 to 1941. , Minister of Agriculture from 1939 to 1940. Joined the London-based Czechoslovak government in 1940. , Minister of Traffic from 1939 to 1941. , Interior Minister from 1939 to 1942. , Minister of Education from 1939 to 1942. (1880–1956), Minister of Finance from 1939 to 1945. , party leader of the National Union from 1939 to 1941. (1875–1942), party leader of the National Union from 1941 to 1942. (1892–1956), Minister of Justice from 1939 to 1945, as well as Minister President from 1942 to 1945. , Minister of Traffic from 1941 to 1945. , Minister of Economics from 1942 to 1945. (1881–1949), Interior Minister from 1942 to 1945, as well as the last Minister President in 1945. (1893–1951), Minister of Agriculture from 1942 to 1945. , Führer (Vůdce) of the National Union from 1942 to 1945. , Minister of Education from 1942 to 1945.

Melnik

Once a day there is bus to Sofia. Many Greeks from the area of Thessaloniki, Serres, Drama and Kavala visit Melnik on a day trip in combination with close by Sandanski and its good shopping facilities.

Probably the smallest town in Bulgaria. You can cross it in 15 minutes on foot.

The Rozhen Monastery is 6km out of the town. The easiest way to reach the monastery is to drive or walk to the Rozhen village using the asphalted road. Although a bit harder to find and use, the direct track through the sand peaks offers very interesting views. Note that the track is not marked, you should better ask for guidance.

The clay ('mel') peaks that surround the town give it its name.

The town has strictly kept the local architecture (unlike other provincial towns, such as Bansko).

Walk along the creek watching the nice traditional buildings and take a tour into some wine cellars.

Wine, and see of you can discover why it was one of Winston Churchill's favourites. Consider that the cheap wine sold on the streets is not of a great quality.

The only ATM in Melnik is located at an expensive hotel, close to the end of town before the dirt road splits (the end of town meaning if you walk uphill through the centre). You can see it from the road, as its on the outside of the hotel. It didn't work in August 2009, though.

Melnik has many nice romantic taverns serving traditional Bulgarian meals. These traditional style restaurants are hard to find anywhere else in Bulgaria and together with the nice landscape its a pleasure to enjoy a meal there.

Melnik wine is intended to be drunk while young, so try to find a tavern with a house wine.

There are plenty 'hole-in-the-wall' cellars that are literally holes in the Melnik clay, which acts to keep the temperature constant to aid in the wine making process. Here, you can taste the wine as it comes out the barrels.

Many of the traditional houses now double as accommodation, run by locals.


Things To Do in Melnik, Bulgaria

Wine testing

One of the secrets of good wine matures lies in the constant temperature maintained in the cellar all year – 10-12 degrees. Melnik wine was the favorite wine of Churchill, who ordered up to 500 liters per year.

Near the Kordopulov is situated probably the most famous wine cellar in Melnik – Shestaka’s cellar. There you can test and buy different types of wine and enjoy the amazing view of Melnik

There are also many souvenir shops, where you can find delicious homemade forest berries jam, wine and more.

Enjoy the amazing view to Melnik and the sand pyramids from the nearby hills.

Visit the Monastery St. Mary Spileotisa. It was one of the earliest examples of urban monastery construction in Bulgaria.

Other famous Melnik sight is St. Anthony Church, called by local people more St. Anton is the only church with a similar name in Bulgaria and the Balkan Peninsula. In the center of the temple is placed plate with double-headed eagle, a sign of the Patriarchate in Constantinople. This plate is attached only where the energy fields are extremely strong. In the church were once treated mentally ill people who were bound with chains to chase their demons.

Тhe church is not always open, so when you come in Melnik, ask about the priest, everyone in the town know him. He will unlock the church and tell you interesting stories about the history of building and St. Anthony.

Each year on the temple festival Antonovden (January 17), the priest holds a Mass and people from all over Bulgaria gather to celebrate the temple’s holiday and to ask St. Antony to save them from their demons.

Événements

Au 8th of February is the national festival of Melnik wine “Golden Grape”. On this day tourists can test many different kinds of Melnik wine. The celebration consists in two days which there is a program of traditional folk dances and songs. The pictures are from “Golden Grape” Festival Melnik 2014


Voir la vidéo: Sergio Melnick. La ética y sus desafíos en el mundo digital (Août 2022).