Des articles

Les médias fiduciaires et la banque à la Venise médiévale revisités

Les médias fiduciaires et la banque à la Venise médiévale revisités



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les médias fiduciaires et la banque à la Venise médiévale revisités

Par Richard C B Johnsson

Documents de travail de l'Institut Mises (2002)

Résumé: Au centre du commerce et de la richesse de la Venise médiévale se trouvait le système bancaire, comme l'a montré Reinhold Mueller dans son article de 1979, The Role of Bank Money in Venice 1300-1500 (Studi Veneziani). C'était un système qui reposait en grande partie sur la confiance, soutient Mueller, et sur l'existence de ce qu'il appelle l'argent fiduciaire (les médias). Mais en quel sens la confiance importait-elle? En quel sens était-ce important en particulier pour le système bancaire? Il s'avère que Mueller utilise le terme d'une manière totalement différente de celle de Ludwig von Mises dans sa The Theory of Money and Credit. Cet article examine la distinction entre l’utilisation du mot par Mueller et von Mises, en particulier son effet sur les défaillances des banques à l’échelle du système, et conclut que l’utilisation de Mises rend possible une analyse beaucoup plus riche. À partir de là, les preuves alléguées de Mueller de l’existence de médias fiduciaires et les causes présumées des faillites bancaires à l’échelle du système à Venise sont réexaminées. Le résultat est que la plupart des preuves s'effondrent, à deux exceptions notables près. Premièrement, les médias fiduciaires ont été créés par l'intervention du gouvernement à travers (i) des prêts forcés, (ii) en accordant le crédit lui-même, ou en (iii) en favorisant la création monétaire par les banques. Deuxièmement, les médias fiduciaires ont été créés non pas par l'expansion du crédit sur les réserves, comme nous en avons l'habitude à l'époque plus moderne, mais par la contraction des réserves. Ainsi, les causes des défaillances bancaires à l'échelle du système à Venise auraient très bien pu être autres que ce que Mueller a proposé, à savoir l'intervention du gouvernement et une compensation médiocre (cette dernière étant probablement due à l'insécurité des droits de propriété).


Voir la vidéo: QUEL EST LE VRAI PROBLÈME DU GOUVERNEMENT AVEC LES FACS? (Août 2022).