Des articles

L'origine de la «période chaude médiévale» européenne

L'origine de la «période chaude médiévale» européenne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'origine de la «période chaude médiévale» européenne

Par H.Riedwyl, A. Timmermann, E. Xoplaki et H.Wanner

Climat du passé, Vol.2 (2006)

Résumé: Les enregistrements par procuration et les résultats d'un modèle climatique tridimensionnel montrent que les températures estivales européennes d'il y a environ un millénaire étaient comparables à celles des 25 dernières années du 20e siècle, soutenant l'existence d'une «période chaude médiévale» en Europe. Ces deux périodes relativement douces ont été séparées par une ère plutôt froide, souvent appelée le «petit âge glaciaire». Nos résultats de modélisation suggèrent que les conditions estivales chaudes au début du deuxième millénaire par rapport à l'état de fond du climat du 13e au 18e siècle sont en grande partie dues au refroidissement à long terme induit par les changements d'utilisation des terres en Europe. Au cours des 200 dernières années, l’effet de l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre, qui a été en partie compensé par celui des aérosols sulfatés, a dominé l’histoire du climat en Europe en été. Cela induit un net réchauffement au cours des 200 dernières années, permettant à la température estivale des 25 dernières années de retrouver les valeurs simulées pour le début du deuxième millénaire. Le forçage volcanique et solaire joue un rôle plus faible dans cette comparaison entre les 25 dernières années du 20e siècle et le début du deuxième millénaire. Notre hypothèse semble cohérente avec les enregistrements proxy, mais les résultats de la modélisation doivent être pondérés par rapport aux incertitudes existantes dans les facteurs de forçage externes, en particulier liés aux changements d'affectation des terres, et à l'incertitude de la sensibilité climatique régionale. Les preuves de l'hiver sont plus équivoques que celles de l'été. La réponse forcée dans le modèle affiche un maximum de température clair à la fin du 20e siècle. Cependant, les incertitudes sont trop grandes pour affirmer que cette période est la plus chaude du dernier millénaire en Europe en hiver.


Voir la vidéo: Lhistoire de lEurope - Part 14 (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Schaddoc

    Faire des erreurs.

  2. Bevis

    À mon avis, le thème est plutôt intéressant. Donnez avec vous, nous communiquerons en PM.



Écrire un message