Des articles

Le rapport du frère Jean de Plano Carpini: analyse d'une mission de collecte de renseignements menée pour le compte de la papauté au milieu du XIIIe siècle

Le rapport du frère Jean de Plano Carpini: analyse d'une mission de collecte de renseignements menée pour le compte de la papauté au milieu du XIIIe siècle



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le rapport du frère Jean de Plano Carpini: analyse d'une mission de collecte de renseignements menée pour le compte de la papauté au milieu du XIIIe siècle

Par Stephen Bennett

Études d'histoire: Journal de la Société d'histoire de l'Université de Limerick, Volume 12 (2011)

Introduction: L'intelligence peut être définie comme le produit de l'analyse de données raffinées et rassemblées. Idéalement tirée de diverses sources, les renseignements devraient viser à répondre aux besoins d’information spécifiques du décideur et à débloquer les processus plus profonds à l’œuvre dans le système cible. L’exigence d’intelligence est claire chez Vegetius » De re militari. Avec quelque 260 manuscrits latins survivants, il a été présenté comme le principal ouvrage sur la doctrine militaire de l'époque. Quelle preuve y a-t-il, cependant, des idées exposées dans De re militari appliqué dans la pratique?

Cet article examinera la fiabilité et la valeur d'un rapport sur l'Empire mongol au milieu du XIIIe siècle écrit par le frère franciscain Jean de Plano Carpini pour le pape Innocent IV. Ce faisant, cet article tentera de souligner que le rapport de Carpini était rempli de données militaires méticuleuses et précises, même si parfois il manquait de compréhension de la causalité: cela va dans une certaine mesure 10 démontrant que la nature avancée de la collecte de renseignements au Moyen Âge était conforme avec la doctrine végétiusienne.

Entre 1237 et 1241, les Mongols avaient fait un bond vers l’ouest, subjuguant les Rus et battant les forces de la Pologne, de la Moravie et de la Hongrie avant de se retirer. L'analyse de la nature de la menace mongole était une priorité pour le pape Innocent IV lors du premier concile de Lyon en 1245. Pour cela, il fallait des informations opportunes, exactes et convaincantes. Bien qu'une vingtaine d'années se soient écoulées depuis les premiers raids mongols en Géorgie et en Russie, on en sait peu sur les Mongols, leur culture, leurs croyances religieuses ou leurs intentions militaires. Au cours du Concile, Innocent IV a envoyé trois ambassades distinctes aux Mongols: deux missions dominicaines sous André de Longjurneau et frère Ascelin respectivement, et une mission franciscaine sous Carpini. Peter Jackson fait valoir de manière convaincante que les informations qui leur sont demandées proviennent de l’interrogatoire d’un religieux de Rus au Conseil en juin. De plus, les itinéraires assignés à chaque ambassade correspondaient aux itinéraires menacés par les armées mongoles, et cela ne pouvait guère être une coïncidence. Deux exigences d'information étaient évidemment primordiales; les croyances religieuses des Mongols et la menace militaire qu'ils présentaient à la chrétienté. Cet article se concentrera sur ce dernier.


Voir la vidéo: Renseignement. 1er Grand Prix de lAcadémie du renseignement (Août 2022).